Chômage, précarité : cassons les idées reçues

Chômage. Un livre pour en finir avec les bobards

La culpabilisation des chômeurs, c’est presque devenu un sport national : à droite, comme dans une partie de la gauche, on accable les demandeurs d’emploi ­ et les précaires en général ­ à grand renfort de caricatures. Un petit livre, préfacé par le réalisateur Ken Loach, entend démonter les clichés un à un (1). Florilège.
« LES CHÔMEURS NE FONT RIEN POUR TROUVER DU BOULOT… »

Lire la suite…

Grève à la Cooperl, reportage sur France Culture

http://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/journal-breton-610-des-usines-viande

sur la grève de la Cooperl et les abattoirs, témoignages émouvants.

Toutes ces industries qui détruisent les gens démontrent qu’ il faut défendre les droits acquis et envisager une autre société. Cette entreprise  ressemblent malheureusement à tellement d’autres notamment dans l’agro et dans les services du nettoyage.

Chômage dans le Finistère. Une augmentation de + 5, 8 % en un an

En février, le Finistère comptait 73 040 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi. Un chiffre qui a bondi de + 5,8 % en un an.

Selon Pôle Emploi, dans le Finistère, 73 040 demandeurs d’emploi étaient inscrits à Pôle Emploi en février 2016. Soit une évolution de + 0,9 % sur trois mois et de + 5,8 % sur une année.

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) s’établissait au mois de février à 44 680. Soit une évolution de + 1,9 % sur trois mois et de 4,9 % sur une année.


 

On peut réduire le chômage de moitié en dix ans – par Jean Gadrey, économiste

Cette course est un mauvais jeu à somme négative pour l’emploi, et même les pays ou le chômage semble faible voient croître la pauvreté salariale et la pauvreté tout court, parce qu’on y encourage les petits et mauvais boulots en détruisant des protections sociales.

On peut pourtant créer et sauvegarder des millions d’emplois utiles et décents en France dans la période à venir en menant des politiques réalistes, répondant aux besoins urgents, pour lesquelles les moyens existent, sans qu’il y ait besoin d’attendre pour cela le retour d’une croissance qui ne reviendra probablement pas, ou seulement à de faibles niveaux. Plusieurs volets doivent être combinés, chacun correspondant à un potentiel d’emplois utiles.

Le premier est celui des besoins de services du bien-vivre associés à des droits actuellement en deshérence: pour les personnes âgées ayant besoin d’accompagnement, pour la petite enfance, pour les personnes handicapées, pour l’éducation, la santé, la culture et les services publics qui souffrent de l’austérité alors que l’évasion fiscale fait perdre chaque année des dizaines de milliards d’euros aux recettes publiques.

Le second volet est celui de la RTT sans perte de revenu pour 90% des personnes: le partage du travail lié à celui des revenus (la réduction des inégalités). Pas seulement la réduction hebdomadaire (par exemple les 32 heures), mais aussi la RTT tout au long de la vie. Le mouvement historique de RTT a permis dans le passé de créer ou sauvegarder des millions d’emplois. Si on en était encore aux 1900 heures moyennes annuelles des années 1960, on aurait environ 5 millions de chômeurs s’ajoutant aux 5 millions actuels! Or, ce mouvement historique a pris fin en 2002, ce qui a amplifié la hausse du chômage.

Le troisième volet est celui des emplois d’une transition écologique socialement juste. On commence à disposer de scénarios solides. L’enjeu, de type humanitaire, est urgent, pour le climat, la biodiversité, etc. Des centaines de milliers d’emplois, dans leur grande majorité non délocalisables, peuvent – et doivent – être ajoutés pour y faire face.

Dans l’agriculture et dans l’industrie, la chute dramatique des emplois depuis plusieurs décennies pourrait être stoppée ou au moins fortement ralentie si le productivisme était battu en brèche au bénéfice d’une transition vers la qualité et la soutenabilité écologiques, si cette transition s’appuyait sur une sécurité sociale professionnelle, et sur un vrai droit de préemption des salariés lorsque le capital déserte des entreprises viables. Lorsqu’on fait le bilan chiffré de ces volets de création et sauvegarde d’emplois répondant à des besoins d’avenir, on s’aperçoit, comme nous avons pu le faire dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie dans un « manifeste » pour l’emploi, que le chômage pourrait être réduit d’un tiers en 5 ans et de plus de la moitié en 10 ans.

Cela implique toutefois d’en finir avec une politique économique plus ou moins dictée par le Medef et les lobbies bancaires.    (publié dans le journal L’Humanité)

Pour aller plus loin, le blog de Jean Gadrey: http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey

Code du travail et chômage

«Aucune étude n’a démontré de lien entre le Code du travail et le chômage»

Anne Eydoux, Économiste

Économiste au Centre d’études de l’emploi et à l’université Rennes-II, membre du collectif d’animation des Économistes atterrés, Anne Eydoux rejette les arguments du gouvernement, estimant que miser sur « la flexibilisation de l’emploi est une forme de renoncement ».

Lire la suite…

Le chômage n’est pas une fatalité

Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 2,5% en 2015. Que faut-il mettre en place pour inverser enfin la courbe du chômage ?

Si nos dirigeants avaient voulu changer de cap, changer de logique, nous n’en serions pas là.

Quelques pistes : lire ci-dessous des propositions (Jean Gadrey, économiste, Sophie Binet, secrétaire générale adjointe de la CGT, Mathieu Grégoire, chercheur en sociologie à l’Idhes) évoquées dans l’Humanité du 4 janvier 2015

  • satisfaire les besoins de services pour la population
  • diminuer le temps de travail
  • s’éloigner du productivisme par une transition écologique socialement juste
  • parier sur une qualification
  • rompre avec les politiques d’austérité et élaborer un grand plan d’investisment
  • lutter contre le pouvoir de la finance responsable d’un gigantesque gachis économique et humain
  • stopper le recul des droits sociaux

Lire en pdf ce débat de l’Humanité du 4 janvier

Voir aussi les échanges à ce sujet sur le site de Cercle pour l’alternative

 

Pétition : halte aux poursuites à Air France

Pétition : objectif 50000 signatures pour arrêter les poursuites à l’encontre des salariés d’Air France, faites tourner.

 

LIBÉRATION IMMÉDIATE DES 6 D’AIR FRANCE !         HALTE AUX POURSUITES, AUCUNE SANCTION !

Ce lundi 12 octobre 2015, six salariés d’Air France ont été arrêtés à leur domicile comme de vulgaires trafiquants de drogue par les policiers de la police de l’air et des frontières (PAF). Ces six salariés, pour plusieurs d’entre eux syndiqués, sont poursuivis pour des « violences volontaires en réunion » et d’ « entrave au déroulement d’un comité d’entreprise », des faits commis le 5 octobre dernier et passibles de cinq ans de prison. Ils ont été placés en garde à vue à Roissy (77).

De quoi seraient-ils coupables ? D’avoir laissé exploser leur colère parce que leur vie et celle de leur famille est en danger ? D’avoir dit non aux 2 900 licenciements secs annoncés par la Direction ?

Serions-nous revenus au temps de la répression anti-ouvrière la plus noire ?

Ne laissons pas faire !

Protégeons les 6 d’AIR France !
Signez et faites signer la pétition pour :

– Libération immédiate des 6 d’Air France !

– Halte aux poursuites, aucune sanction !

1336 thés et tisanes des Fralib

1336scopTILes thés et tisanes 1336 de la SCOP TI (Société Coopérative Ouvrière Provençale de Thés et d’Infusions) sont maintenant en vente.

Après 1336 jours de lutte, les coopérateurs de SCOP Ti (ex FraLib) lancent leur marque de thé et infusion 1336. Participez à cette belle aventure en étant les premiers acheteurs de ces thés et infusions Made in France

A ce jour à notre connaissance aucun point de vente hélas en pays bigouden. Demander à votre magasin habituel d’y remédier. Et si vous trouvez un point de vente local merci de nous le signaler.

On peut cependant, en attendant, commander par Internet à

http://fr.ulule.com/1336/   ou bien

http://www.maxicoffee.com/1336-scop-m-321.html?gclid=CIDPzO7GvMgCFSkYwwodTUIPRw

 

Front de gauche : Brit Air doit rester à Morlaix

« Hop ! Brit Air, doit maintenir tous les emplois à Morlaix. » Tel est le souhait du Front de gauche du pays de Morlaix à la suite de l’annonce du projet de fusion présenté le 16 juillet par la direction de Hop ! qui « menace clairement le maintien de l’emploi des 350 salariés de l’entreprise morlaisienne ».

Le Front de gauche rappelle que la restructuration voulue par la direction pour « optimiser les coûts et rendre l’entreprise plus agile et plus compétitive, l’amène à estimer un sureffectif de 245 postes dans les trois antennes régionales de la société dont une centaine à Morlaix. »

La fusion annoncée entraîne une délocalisation de certains services et de postes vers Nantes ou Paris-Rungis. « Cette situation inacceptable pour les personnels est en outre une bien mauvaise nouvelle pour la situation de l’emploi en Pays de Morlaix », poursuit le parti. Qui demande aux élus du territoire « d’agir pour refuser qu’une fois de plus la seule logique de rentabilité ne l’emporte sur la préservation des conditions de vie et de travail des salariés d’une entreprise de notre région. »

Chômage: le bilan catastrophique de la politique libérale et austéritaire de François Hollande

En décembre 2014, il y avait en France 572 000 chômeurs Catégorie A de plus qu’en mai 2012: de 2,923 millions à 3,496 millions de Français actifs.

En décembre 2014, il y avait en France 900 000 chômeurs chômeurs de plus de Catégorie A, B, et C: de 4,3 millions à 5,2 millions de Français actifs.

Lire la suite…

Ouest France : 3 millions d’enfants sous le seuil de pauvreté, mais pas de responsable

A la Une de Ouest France le 29 octobre 2014 : “En France, la crise touche les enfants”

Il y est dit : “Le dernier rapport de l’UNICEF montre les effets dévastateurs de la grande récession de 2008 pour les jeunes, en particulier dans notre pays”.

D’après ce rapport le nombre d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté est passé de 15,6% en 2008, ce qui est déjà énorme, à 18,6% en 2012 (3 millions d’enfants !).

–         Ressources trop faibles pour les familles, privations, logements petits et inadaptés, image de soi dégradée, etc.

Remarquez le titre : “la crise touche les enfants

C’est “la crise“, ce monstre anonyme bien pratique pour camoufler les responsabilités.

NON, ce n’est pas la fatalité (baptisée crise ici), il y a des responsables, des coupables !

Ce sont les différents gouvernements libéraux, de droite ou socialistes, qui ont imposé l’austérité, qui servent ce capitalisme/libéralisme répartissant les richesses de façon scandaleuse.

La misère des enfants est un fait honteux et les responsables ne méritent pas notre respect.


Quimperlé, Le social à la sauce Bigard

Le social à la sauce Bigard

Bigard Quimperlé : Le 8 septembre un salarié est convoqué au bureau du DRH en vue d’une sanction.
Le 11 septembre le couperet tombe Michel est licencié pour manquement important et inadmissible dans son travail,
Dossier monté de toute pièce sur de faux témoignages de 2 cadres travaillant dans l’entreprise.
La coupe est pleine, le patronat n’a plus de limite, dorénavant il rédige de faux témoignages pour faire des exemples. Asservir les salariés qui restent pour mieux les exploiter.
Nous voulons organiser un mouvement de masse et de classe le plus large possible donner une dimension syndicale et politique pour la défense de notre collègue, contre ce patronat voyou qui ne respecte ni l’ouvrier, ni le code du travail, ni les lois républicaines. La France sombre petit à petit dans la corruption, où l’argent est roi. Bigard se crée sa propre loi, celle du grand capital / ni foi, ni loi.
Rien ne justifie de tels actes, Les limites sont dépassées.
Exigeons la réintégration de notre collègue Michel Le Gouge.
Dans la lutte nous nous unirons. Par l’union nous vaincrons.
Pour la CGT
CHARAL, BIGARD , SOCOPA
DSC

LE GOFF Michel

S’attaquer à la finance, pas accuser les demandeurs d’emploi

S’attaquer à la finance, pas culpabiliser les salariés !

Jean-Christophe Le Duigou, économiste et syndicaliste.

On pensait que la culpabilisation des plus modestes était une démarche de droite. Eh bien non ! Voilà l’argument repris par des ministres socialistes. François Rebsamen au lieu de s’attaquer au chômage critique les chômeurs « que l’on va contrôler plus étroitement ». Reprenant un thème cher au patronat, Manuel Valls affirme quant à lui que « la France vit au-dessus de ses moyens ». L’endettement excessif serait celui de Français qui vivraient à crédit ? Que peut comprendre à ce discours le salarié moyen sinon que, avec son modeste pouvoir d’achat, il met la France en danger.

Lire la suite…

La violence des riches, entretien vidéo

La violence des riches (entretien vidéo avec les Pinçon-Charlot)

Entretien avec Monique et Michel Pinçon-Charlot, autour de leur livre «La violence des riches – Chronique d'une immense casse sociale» (Editions Zones – La Découverte 2013).
Réalisation : Yannick Bovy — Janvier 2014 – 26 mn.
Une émission proposée par la FGTB wallonne & produite par le CEPAG


 

Hollande et son Pacte conférence de presse 14 janvier, réactions

Conférence de presse de Hollande le 14 janvier 2014, réactions :

Pierre Laurent, PCF: « Un pacte d'irresponsabilité sociale »

C’est un véritable « pacte d’irresponsabilité sociale» qu’a présenté François Hollande au cours de sa conférence de presse. Ses annonces sont une attaque profonde, un dynamitage en règle du modèle social et républicain français. En proposant la fin des cotisations familiales patronales, le Président de la République a répondu à une vieille exigence de classe du MEDEF et fait un nouveau cadeau de 30 milliards au patronat après les 20 milliards du CICE. Les contre-parties exigées, elles, sont du vent, pire elles ne révèleraient que de négociations de branche que le Parlement a déjà appelé à entériner. Autrement dit, c’est la fin de toute législation sociale nationale !

La méthode proposée est, elle aussi, inacceptable. Le Président se donne 6 mois pour mettre en œuvre son pacte. Le Parlement et les organisations de salariés sont sommées de se soumettre aux exigences du patronat. La réforme institutionnelle dessinée par le Président est un profond coup porté à la démocratie.

Les communistes avec le Front de gauche seront mobilisés pour faire échouer le plan présidentiel. Je réitère ma proposition de pacte de solidarité à l’ensemble des militants de gauche pour créer les conditions de mise en œuvre d’une politique de gauche que le Président a décidé d’abandonner.


Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

C’est à un vrai coup de force auquel François Hollande s’est livré contre l’état social et contre la République. Il supprime toute unité territoriale en introduisant la structuration à la carte pouvant aller jusqu’à la disparition de départements et en transférant des pouvoirs réglementaires au niveau local. Cette orientation libérale ne conçoit l’aménagement du territoire qu’en terme de concurrence.

Tout son discours n’avait qu’un objectif, s’attirer les bonnes grâces des grands patrons. Pas un mot pour les salariés, pour tous les privés d’emploi et précaires de notre pays. Avec les 50 milliards de réduction de dépenses publiques et l’exigence de réduction des dépenses des collectivités, François Hollande vient de déclarer l’état d’austérité générale. Outre les 30 milliards d’euros de cotisations familiales qui vont être transférés des entreprises vers les ménages, le Medef peut se féliciter des autres annonces. Le Medef qui aime tant les chartes, les pactes et les Hauts comités de régulation va adorer le pacte de responsabilité, il n’y aura pas de contreparties obligatoires, tout juste un observatoire de plus.

Silence dans les rangs, telle est la devise du président de la République qui annonce l’engagement de la responsabilité du gouvernement. Ceux qui croyaient qu’ils pourraient discuter du contenu du pacte de responsabilité ont la réponse : c’est à prendre ou à laisser. Da’illeurs un Conseil stratégique de la dépense usurpera le rôle attribué par la Constitution aux commissions des finances et à la Cour des Comptes.

François Hollande se soumet une fois de plus à la vision de Monsieur Barroso et de Madame Merkel d’un fédéralisme européen qui nie la souveraineté populaire. La convergence européenne est pour lui est un nivellement vers le bas de la fiscalité des entreprises au niveau allemand.

Face à ce social-libéralisme assumé, nous appelons tous ceux qui refusent cette politique jusque dans les rangs du PS et EELV à construire avec nous l’opposition de gauche aujourd’hui indispensable.
 Le temps est à la résistance, au parlement , dans les urnes et dans la rue.


Déclaration nationale d'Ensemble

Tapis rouge pour le patronat.

 Le pacte de responsabilité a représenté l'élément central de la conférence de presse de F. Hollande ce 14 janvier.
En dépit de l'habillage rhétorique, c'est la confirmation de son adhésion aux poncifs de la pensée néo-libérale. Il se dit social-démocrate mais le pacte de responsabilité est la copie conforme du pacte de confiance de P. Gattaz avec la reprise en compte des cinq exigences formulées par le patron du Medef.

Le « président des entreprises », Après les 20 milliards au titre du CICE, le « président des entreprises » accepte le transfert des 35 milliards d'euros des cotisations familiales payées par les patrons.  C'est une vieille revendication patronale qui est exaucée.

Comment sera alors financée cette branche de la sécurité sociale ?

Nouvelle augmentation de la TVA, comme le suggère P. Gattaz ? Alourdissement de la CSG, ? Il y a danger d'une ponction financière supplémentaire pour les salariéEs, la population.

Autre sujet de satisfaction pour le Medef, l'annonce de la réduction des dépenses publiques de 50 milliards entre 2015 et 2017.

Cet engagement aura des incidences fortes sur les dépenses de l'Etat,  le nombre des fonctionnaires, et sur sur les moyens financiers des collectivités territoriales. C'est clairement dit : parmi elles seront privilégiés, par des incitations financières, les métropoles, qui absorberont les départements dans leur aire géographique, et les régions invitées à se regrouper.

 Pour la protection sociale, si les objectifs sont renvoyés à la compétence d'un Haut Conseil du financement de la protection sociale, c'est la réduction des actes médicaux et des prescriptions de médicaments, entre autres, qui sont visées. Déjà, un citoyen sur cinq renonce à se soigner pour des raisons financières.

 Où va le droit à la santé pour tous ?

Cette politique d'austérité massive aura pour conséquence d'engager le pays dans une spirale dépressive.
Toutes ces annonces balisent la voie suivie par F. Hollande : discours matiné de social-démocratie lors de la campagne présidentielle, social-libéralisme pendant les premiers mois et maintenant reprise sans vergogne de l'idéologie patronale.

Qui peut croire que la baisse des charges incitera les patrons à embaucher alors que dans les grandes sociétés 60% des bénéfices vont à la rémunération des actionnaires ?

Face aux assises de la fiscalité des entreprises qui sont prévues fin janvier, construisons une large mobilisation le 8 février contre l'augmentation de la TVA et pour une fiscalité juste et montrons à F. Hollande qu'il y a une politique alternative à la sienne.


Paul Krugman, prix Nobel d'économie 2008,
éditorialiste star du New York Times et une des voix keynésiennes les plus influentes du monde, s'est fendu non pas d'un mais de deux articles pour critiquer l'influence de Jean-Baptiste Say —dont il a récemment comparé les idées à des«cafards» (on peut les chasser, elles reviennent quand-même) sur le discours d'Hollande. Il y crie littéralement au «scandale» :

«Ce qui est choquant, c'est qu'il ait épousé des doctrines de droite discréditées. […] M. Hollande, en annonçant son intention de réduire les charges des entreprises tout en diminuant les dépenses (sans plus de détails) pour en supporter le coût, a déclaré "C'est sur l'offre qu'il faut agir" et a affirmé que "l'offre crée même la demande". […] Ce n'est simplement pas vrai […]. Tout montre que la France a plein de ressources productives, tant en travail qu'en capital, qui sont à l'arrêt parce que la demande est inadéquate.»


Article paru dans la revue du SNES, syndicat des enseignants des Lycées et Collèges


NON à la hausse de la TVA

Un collectif unitaire s'est constitué pour mener une campagne contre la hausse de la TVA

à l'initiative de Solidaires, ATTAC, Fondation Copernic, UFAL, Economistes atterrés, Femmes Egalité, Les éffronté-e-s, Mncp, Mpep, Front de Gauche (PG, PCF, Ensemble, PCOF, GU, R&S), Résistance sociale, DAL, APEIS. Une pétition est en ligne sur www.stop-tva.fr  –      Ici  Le tract commun

Quand Sarkozy était au pouvoir le Parti Socialiste se prononçait contre une hausse de la TVA (voir l'affiche ci-dessous) Comment croire aux promesses du PS ?

hou les menteurs !


Pétition pour la défense des Prud’hommes

Les conseillers prud’hommes sont des juges élus tous les 5 ans. Ils sont 14000 répartis en 209 conseils de Prud’hommes sur tout le territoire national.

Ils sont une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice qu’ils ont subi de la part de leur employeur. C’est pour cette raison qu’ils font l’objet d’attaques incessantes visant à rendre la juridiction prud’homale de plus en plus difficile d’accès aux salariés et la moins contraignante possible pour les employeurs.

C’est dans cette logique que le Gouvernement, par la voix de son ministre du Travail, vient de décider de supprimer les élections des conseillers prud’hommes prévues d’ici fin 2015. C’est inadmissible !

Signons la pétition lancée par la CGT (cliquer sur l'image ci-dessus)


 

Succès de la marche du 1er décembre 2013 à Paris

Grand succès de la marche du 1er décembre 100 000 personnes à Paris !
 Télécharger l'appel national 

Le Front de Gauche se réjouit du succès de la marche du 1er décembre. Cette marche constitue la plus importante mobilisation politique de la gauche politico-sociale depuis des mois. Dans un moment où la désorientation est grande et où les syndicats patronaux, la droite et l’extrême droite tentent de dévoyer la légitime colère populaire suscitée par la politique d’austérité du gouvernement, il s’agit d’une très bonne nouvelle. Le Front de Gauche confirme ainsi sa capacité d’initiative de masse et d’élargissement comme en témoigne la présence d’autres organisations politiques, de plusieurs structures syndicales et de nombreuses personnalités.

Le Front de Gauche entend continuer à œuvrer sur les mots d’ordre de sa marche "pour la Révolution fiscale, la taxation du capital, l’annulation de la hausse de la TVA".

Le plus urgent est de mobiliser encore plus massivement contre la hausse de la TVA prévue le 1er janvier. Il faut la mettre en échec. Cette hausse, matériellement insupportable pour un grand nombre de nos concitoyens, symbolise en outre une fiscalité injuste visant à faire payer aux ménages les cadeaux au patronat. C’est pourquoi le Front de Gauche est favorable à la tenue rapide d’une réunion unitaire de l’ensemble des organisations de gauche, des syndicats, des associations concernées par la question pour examiner le cadre et les formes de mobilisation contre cette hausse.

Dans le même temps, Jean-Marc Ayrault a annoncé une remise à plat de la fiscalité. Chiche… Nous avons déjà, dans l’Humain d’abord, des propositions qui placent la justice fiscale, la redistribution des richesses et la taxation du capital au coeur de notre projet. Mais nous voulons aller plus loin en travaillant à des Etats Généraux. Leur but sera d’élaborer et de porter de la façon la plus massive possible une réforme fiscale opposée aux canons du libéralisme, auxquels obéit le gouvernement, qui privilégient la "compétitivité et la baisse des dépenses publiques" au détriment de l’intérêt général et de l’égalité.

Communiqué du Front de Gauche


GAD : l’immense gâchis !

Gad: l'immense gâchis humain ! Communiqué du Front de Gauche du Pays de Morlaix (cliquer sur ce titre pour lire)

Dimanche 13 octobre 2013

" L'Europe n'a pas le temps soi-disant de s'occuper de l'agro-alimentaire. L'Allemagne emploie des ouvriers à un euro de l'heure dans ses abattoirs et usines de transformation.
Toutes les usines feront comme GAD et l'usine de saumon à Poullaouen. Usines performantes mais pas assez compétitives parce que leurs salariés ont droit à un salaire minimum et une protection sociale.
Voilà l'Europe d'aujourd'hui … et ils n'ont pas peur de détruire  toute une vie car ils ont d'autres intérêts. Crions haut et fort pour une autre politique sociale européenne.  Bientôt les élections… Dénonçons le laxisme de la politique socialiste et du gouvernement qui nous  mène droit à la fin de l'agro-alimentaire en France. Le pouvoir actuel ne veut pas entendre parler des cooperatives ou la reprise par des salariés par crainte de Bruxelles: il préfère la France en guerre que de se battre pour les Français qui défendent leurs outils de travail" .
Michel Maho – ancien salarié de GAD et délégué syndical
PCF/ Front de Gauche – Pleyber-Christ