Annick Le Loch votera pour le traité !

Dans Ouest France du 2 octobre 2012 notre députée PS Annick Le Loch dit à propos du traité européen (Pacte budgétaire) :

"Je vais voter pour. C'est une étape à franchir. Ensuite il faudra des changements de majorité européens pour construire une Europe plus sociale. Il faut progresser pour que la finance ne domine pas le monde."

Quelle explication convaincante !

Pour le traité de Lisbonne la députée nous avait déjà dit quelque chose du genre  : Le traité n'est pas bon, mais il est indispensable, il faut avancer.
Ça continue sur la même lancée. Il faut toujours franchir des étapes négatives pour que plus tard (ou jamais)  les choses aillent mieux… 

Quand on va droit dans le mur il est peut être temps d'arrêter d'avancer. (dans le Monde du lendemain il est dit que 120 économistes français argumentent en faveur du non, il y avait déjà les prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz et Paul Krugman). Avancer pour avancer, il vaudrait mieux savoir vers où on avance ? C'est de l'obstination aveugle.

A moins que ce ne soit une fuite. Demain ça ira mieux, depuis des années on nous le rabâche (le même argument nous était déjà servi par les libéraux en 1998 puis en 2005), l'Europe sociale ce sera après, après quoi ? On vote pour une Europe encore moins sociale pour qu'elle soit plus sociale ensuite… Soit on est inconscient, soit on se moque de nous.

"Il faudra des changements de majorités pour que ça aille mieux", mais les socialistes ont eu tous les pouvoirs en Europe pendant de nombreuses années, ils avaient le temps de construire une Europe sociale s'ils l'avaient voulu !

"Il faut progresser pour que la finance ne domine pas le monde", les différents traités donnent de plus en plus de pouvoirs à la finance. Cette construction européenne a livré l'Europe au plein pouvoir de la finance (lire notre dossier à ce sujet), ce dernier traité la renforce encore. Renforçons la finance pour mieux l'affaiblir !

Avons nous voté à gauche pour que le traité préparé par Sarkozy et Merckel soit mis en oeuvre par la gauche ?


Et dans le Télégramme du 6 Octobre Mme Le Loch confirme qu'elle votera le traité et dit, entre autres "Si on ne signe pas le traité, on risque une crise politique majeure. La rigueur budgétaire s'impose mais l'austérité n'est pas une solution".

Deux remarques

1 – la crise politique majeure en Europe elle est là, actuellement, et c'est bien la conséquence de votre construction européenne. Les peuples de Grèce, d'Espagne, du Portugal refusent cette Europe au service de la finance. Ce n'est pas une crise politique ça ? Quant au peuple français, si vous ne voulez pas qu'il soit consulté c'est que vous avez peur de la réponse. 

Le refus du traité provoquerait une crise ? Oui, mais une crise salutaire, nécessaire, qui obligerait à effectuer un changement de cap. Il est grand temps qu'un pays dise non à ce système, il serait certainement suivi.

2 – la rigueur budgétaire s'impose mais pas l'austérité !!!.. C'est tout un programme… pour l'instant on a les deux. Et le pacte budgétaire grave dans le marbre l'austérité avec une politique budgétaire qui refuse de prendre l'argent là où il est et laisse les banques se nourrir des dettes des États.

Le programme du Front de Gauche propose des mesures d'assainissement des finances et de relance économique par l'investissement, notamment public.


Madame la députée a la mémoire courte
Madame la députée a la mémoire courte, elle s'est fait élire sur la base du programme de François Hollande, lequel dans ses propositions, annonçait la renégociation du traité Sarkozy/Merkel…Or de ce traité pas une virgule n'a été enlevé, ce qui conduit, tant l'UMP que le reste de la droite à voter ce traité avec le Parti Socialiste… C'est bien une alliance de fait qui s'installe, d'ailleurs Le soudain recul du gouvernement sur la taxation des revenus de cessions d'actifs est un signe fort de soumission adressé au patronat. Le gouvernement que soutient, Madame la Députée, lâche sur une des seules mesures du projet de loi de finance pour 2013 qui s'attaque aux revenus du capital. C'est désolant, d'autant que l'on n'a pas vu le gouvernement agir avec la même sollicitude à l'égard des salariés de Sodimédical, de PSA ou de Doux ! Cet abandon en rase campagne illustre les insuffisances d'une politique gouvernementale crispée par la rigueur budgétaire et fiscale, qui refuse d'aborder de front la question de la relance économique par l'investissement, notamment public, et du rôle des banques et du crédit comme levier pour y parvenir. Mais c'est bien l'essence même du traité, dont le gouvernement et Madame la député refusent de voir le peuple de France se prononcer par référendum..  R.D.


  Laurence Parisot, patronne du Medef, est satisfaite de cette ratification du traité : (dans l'Express du 3 oct 12)

Vous étiez très sévère avec le programme du candidat Hollande, l'êtes-vous autant avec les décisions du président Hollande ?

"Au cours de la campagne, j'avais attiré l'attention sur deux exigences. D'abord, la nécessité de ratifier le traité européen, dont François Hollande avait dit qu'il voulait le renégocier, ce qui me paraissait très dangereux ; je suis heureuse de constater que le président aujourd'hui fait tout pour que ce traité soit adopté rapidement.…–"         


La droite aussi est très satisfaite. Pas nous !


 

Share Button

Laisser un commentaire