La grande misère des hôpitaux. Ce n’était pas une fatalité. Il y a des responsables.

Manque de lits et de personnel dans les hôpitaux. Surmenage des personnels.
On les connait les coupables : ils se nomment Sarkozy, Hollande, Macron.
Pour que leurs amis de la finance se goinfrent ils ont sacrifié Santé, Éducation, et tous les  Services publics.
A quand un tribunal populaire pour les juger ?
Oui si nous sommes dans cette situation face à  cette crise, c’est parce que depuis des années les hôpitaux ne sont plus gérés comme des services publics dans l’intérêt général mais comme des entreprises qui ne doivent pas couter un sou à  la collectivité publique
Pire on laisse tomber ce qui est “rentable” sans gros investissement autrement dit rentable à  court terme.
C’est la logique libérale qui démantèle les services publics et abandonne des plans entiers de la population, là où ils s sont le plus nécessaires : les quartiers les plus pauvres et les territoires
ruraux 
Quand va-t-on être capable de faire un large rassemblement pour dénoncer tout cela afin de nous éviter de nous retrouver obliger de choisir entre la peste et le choléra.”

(Marie-Christine Vergiat, ex députée européenne du Front de Gauche,  sur Facebook à propos de l’image ci-dessus)

Et ce que Macron n’a bien sûr pas dit dans son discours du 28 octobre :

Le gouvernement continue de supprimer des lits !

Voir la carte des suppressions (article de Bastamag du 29 octobre)
 
Un exemple parmi d’autres, en Essonne :
 

Ensemble pour le Fret Ferroviaire !

Ferroviaire. « Ensemble pour le fret », le contre-plan de relance de la CGT

(voir en fin d’article la vidéo du débat sur ce sujet à la fête de l’Humanité)

l’Humanité Lundi 21 Septembre 2020, Marion d’Allard

Le syndicat a travaillé 13 propositions pour relancer le transport ferroviaire de marchandises.
Il préconise des investissements massifs sur le réseau et la sortie des logiques libérales.

Mille Perpignan-Rungis en 2050 ! Derrière la phrase choc, « c’est l’urgence de définir des objectifs que nous avons voulu marquer », explique Laurent Brun. En se saisissant du symbole de l’abandon du dernier train de produits frais – à l’arrêt depuis 2019 –, la CGT cheminots, qui présente ce lundi son plan de relance du fret ferroviaire, entend répondre aux postures volontaristes du gouvernement et de la direction de la SNCF. Le premier syndicat de la SNCF fixe donc un cap ambitieux : atteindre, d’ici à 2050, 25 % de parts modales pour le transport ferré de marchandises, contre 9,5 % aujourd’hui. Un horizon « et une méthode de suivi très précise », ajoute son secrétaire général qui rappelle que « des objectifs, l’État en a fixé des dizaines, comme en 2007, lors du Grenelle de l’environnement. Aucun ne s’est réalisé ».

Lire la suite…

Lettre-ouverte de la section PCF du Pays Bigouden au Président de la Communauté de communes du Pays Bigouden Sud A propos de la mise à disposition des masques pour la protection de la population

A propos de la mise à disposition des masques pour la protection de la population

Monsieur le Président,

Le Premier Ministre a annoncé le « déconfinement » pour le 11 mai. Or nombre de nos concitoyens sont inquiets pour leur santé, ne sachant si les conditions seront à cette date remplies pour se déplacer, travailler et envoyer leurs enfants à l’école en toute sécurité ; la question de la mise à disposition de masques que personne ne voit venir est donc au cœur de leur préoccupation.

Lire la suite…

Mémoires d’un directeur d’EHPAD retraité et, puisque vieux, confiné. Ce qu’il faut quand même rappeler et surtout ne pas oublier ni occulter !!!

Le témoignage d’un directeur d’Ehpad venu en retraite dans notre pays bigouden
 

          Cette épidémie mondiale est survenue en France alors que le monde hospitalier était en crise depuis des années et criait sa détresse depuis des mois à l’image notamment des services d’urgence, à bout, incapables d’assurer correctement leur travail. “L’hôpital, les Ehpad sont au bord de la rupture” prévenaient mi-janvier plus de mille deux cents chefs de service en démissionnant de leurs fonctions administratives !

Lire la suite…

Pétition : Des milliards pour les hôpitaux, pas pour le capital !

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-des-milliards-pour-l-h%C3%B4pital-pas-pour-le-capital-covid-19-france-et-hopitalpascapital

Déjà plus de 100 000 signataires

Premiers signataires :
  Basset  Jean-Pierre, Militant associatif, secteur santé
  Bellal Amar, Rédacteur en chef de Progressistes
  Boccara Frédéric, Economiste, membre du CESE, responsable politique
  Bodin Thierry, Syndicaliste, Sanofi
  Bonnery Stéphane, Professeur des universités, sciences de l’éducation
  Cailletaud Marie-Claire, Syndicaliste, membre du CESE
  Cohen Laurence, Sénatrice, Groupe citoyens, républicains et communistes
  Durand Denis, Economiste, directeur de la revue Economie & Politique
  Durand Jean-Marc, Fiscaliste, élu communal
  Gonçalves Anthony, Professeur de médecine, cancérologue
  Gravouil Denis, Syndicaliste
  Joly Pascal, Syndicaliste
  Lefèbvre Fabienne, Elue municipale, ingénieure en sciences sociales
  Leflon Michèle, Médecin
  Limousin Michel, Médecin
  Montangon Maryse, Soignante, militante politique
  Prudhomme Christophe, praticien hospitalier, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, Hôpital Avicenne Bobigny
  Rouchy Fabienne, Syndicaliste, Banque de France
  Stivala Mireille, Aide-soignante, Syndicaliste
  Talbot Baptiste, Syndicaliste services publics
  Téjas Patricia, Syndicaliste, finances
  Ternant Evelyne, Economiste, responsable politique

Parmi les signataires, nous relevons les noms suivants (nos excuses aux autres) :
– André Chassaigne, député communiste, président du groupe DGR à l’Assemblée nationale
– Henri Sterdyniak, Economiste, membre des économistes atterrés
– Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, ancien député communiste européen, groupe GUE
– Pierre Barbancey, journaliste international
– Olivier Coux, chercheur en biologie cellulaire, CNRS
– Monica Passos, Chanteuse
– Jean-Luc Gibelin, directeur d’hôpital honoraire
– Evelyne Zarka, élue 3è arrondissement, Paris
– Romain Marchand, élu communiste, Ivry
– Claude Aufort, Ingénieur CEA retraité
– Alain Obadia, président de la Fondation Gabriel Péri
– Raphaëlle Primet, élue communiste conseil de Paris
– Gilles Alfonsi, Saint-Denis
– Fabienne Haloui, Avignon
– Rabah Balloul, Radio Arts-Mada
– Nicolas Bonnet, Président groupe communiste conseil de Paris
– Jean Fabbri, Syndicaliste enseignement supérieur
– Philippe Sultan, Haut fonctionnaire, membre CA fondation Copernic
– Céline Brulin, Sénatrice communiste de Seine-Maritime
– Sébastien Jumel, Député communiste de Seine-Maritime
– Jean-Paul Lecoq, Député communiste Seine-Maritime
– Hubert Wulfranc, Député communiste Seine-Maritime

Sauver le genre humain, pas seulement la planète !

Sauver le genre humain, pas seulement la planète !

par le philosophe marxiste Lucien Sève, qui vient de décéder du coronavirus

Le lien vers l’article du Monde Diplomatique :

https://www.monde-diplomatique.fr/2011/11/SEVE/46912

 

Et si vous avez envie d’en savoir plus sur Lucien Sève : des articles dans le journal l’Humanité du 24 mars :

https://www.humanite.fr/search/Lucien%20S%C3%A8ve

https://www.humanite.fr/disparition-lucien-seve-marx-et-les-communistes-686800

Ceci téléchargeable en PDF

Vidéo : Lucien Sève “tout va très mal, soyez optimiste”

 

Hôpital : de la casse à la crise..

Les saignées budgétaires des dernières années mettent à mal la capacité des établissements publics à faire face à l’épidémie de coronavirus.

Lien vers un article à ce sujet sur le blog de Gaston B


Et 2 parutions dans l’Humanité du 23 mars

Nous avons plein de grenades lacrymogènes, de LBD, mais pas de masques, c’est leur choix…. (Macron, Le Drian et Cie..)

nous vendons plein d’armes, mais nous ne produisons plus d’oxygène, c’est un choix…

 

C’est voté. La Saur a obtenu la gestion de l’eau potable sur le territoire de la Communauté de communes du Pays bigouden du sud (CCPBS) pour une durée de dix ans !

Jeudi 13 février, un mois avant le renouvellement du Conseil Communautaire, sans aucune information à la population, sans aucun débat, la décision a été prise, avec 5 abstentions cependant.

Tout était déjà ficelé d’avance !

Lire la suite…

Adresse aux élus communautaires de la CCPBS à propos de la distribution de l’eau. Nous voulons un débat !

Le contrat actuel de délégation de service public confié à la SAUR arrive à échéance le 31/12/2020.

Le Conseil Communautaire du jeudi 13 février a prévu d’examiner le principe de reconduite de la délégation de service public qui serait attribuée pour une durée de 10 ans à partir de 2021.
Lors d’un précédent Conseil certains élus ont fait remarquer qu’il serait opportun de réfléchir à une reprise en régie en avançant le fait que “l’eau est un bien commun, que nous mettons dans les mains d’un service privé“.

Pourquoi cette précipitation ? Précipitation suspecte d’une présidence en fin de mandat… Ne serait-il pas plus logique, et plus sérieux car il s’agit d’une décision qui engage pour 10 ans, de laisser ce choix à prendre au futur Conseil communautaire qui sera élu en mars 2020.
C’est d’ailleurs cette position raisonnable qui a été adoptée par la Communauté de communes du Haut Pays Bigouden.

Nous demandons qu’aucune décision ne soit prise avant la mise en place d’un débat public par le Conseil qui sera élu le mois prochain.

Cette question n’a pas été abordée avec la population et sur le site de la CCPBS le prochain conseil n’est même pas annoncé, ni évidemment son ordre du jour, bonjour la transparence !

 

Voici ce que nous écrivions en novembre 2019.

CCPBS Pays bigouden Sud, Service public de distribution de l’eau. Où en est-on ?

Cet article sur la gestion de l’eau à Rennes en PDF

Pont L’Abbé : les enseignants maintiennent la pression. On ne lâche rien !

article du journal Ouest France :

article du journal Le Télégramme :

« Le combat pour les retraites ne prend pas de vacances »

Vacances scolaires ou pas, le Collectif des enseignants du Pays bigouden et du Cap continue ses actions contre la réforme des retraites. Ses membres sont, ce jeudi, au marché de Pont-l’Abbé.

Dix heures, ce jeudi, sur la place de la République. « Il faut se dépêcher, la classe va reprendre ! », lance, hilare, l’une des membres du collectif des enseignants du Pays bigouden et du Cap. Les autres s’installent, dans le vent et le froid, sur les chaises en bois, disposées en rangs, pour un « simulacre de classe ».

Au programme, des devinettes – « des blagues chopées dans les Carambar » – les réponses des bons élèves, celles des mauvais. « La femelle du saumon ? ». « La salmonelle ! », rétorque un enseignant. Sa réponse déclenche des rires et quelques ardoises « Macron = 0/20 » et « Macron = point d’avenir » se lèvent.

 

« Pour nous, cette réforme ne fera que des perdants »

À côté, Igor, enseignant à Quimper, distribue des tracts aux chalands du marché et aux rares automobilistes qui passent. « Ce sont les vacances scolaires mais le combat pour les retraites ne prend pas de vacances », sourit-il, appuyant sur « une action gentille, on ne bloque personne ». Le Collectif des enseignants du Pays bigouden et du Cap, mobilisé depuis le 5 décembre, est présent « pour sensibiliser, relève Jean-Marc. La réforme s’adresse à tout le monde car tout le monde va en pâtir, même ceux qui sont déjà à la retraite. Pour nous, cette réforme ne fera que des perdants ».

La raison ? « La réforme veut se baser sur la vie professionnelle des gens mais ces vies professionnelles ne sont plus linéaires, détaille l’enseignant. Ces vies sont heurtées, cabossées, avec des périodes de chômage plus ou moins longues. Nous ne sommes plus au temps du plein-emploi ! Le but du jeu du gouvernement, c’est que toutes les pensions diminuent… D’accord mais on vit comment ? ».

Grands gagnants ou grands perdants ?

Le Collectif des enseignants du Pays bigouden et du Cap le dit clairement : « Nous sommes les grands gagnants pour certains, les grands perdants pour d’autres. Jean-Michel Blanquer a parlé des 10 milliards d’euros qui vont être débloqués mais pendant combien de temps ? Cela équivaut à 70 € par enseignant. Nous, on estime que l’on va perdre entre 400 et 700 € par mois sur nos retraites », déclare Jean-Marc. Il dit « attendre que le simulateur du ministère de l’Éducation démontre le contraire mais comme il présente des cas types avec des situations très favorables, on ne sait pas comment cela va se passer ».

Alors le Collectif continue ses actions, pendant les vacances scolaires. Ce jeudi, à Pont-l’Abbé, n’est pas la première. Lundi 23 décembre, les membres ont bloqué, avec d’autres corps de métier, le dépôt de la Qub à Quimper. « Nous allons refaire des actions la semaine prochaine pour se faire voir, pour montrer que l’on n’est pas en vacances pour les retraites », appuie Igor.


Un dossier sur le projet de réforme des retraites (cliquer ici)


dans l’Humanité du 17 janvier 2020

 

La Poste – Dans la lignée des “réformes” Macron. C’est encore pire après ! La tournée-sacoche… La tournée ça cloche..

Les facteurs en colère (lu dans Ouest France du 07/12/19) :

Notre article à ce sujet en mai 2019

Et des bureaux de poste qui ferment..

Des salariés fatigués, surmenés : Éducation, Santé, Poste…

C’est le moment ou jamais de faire converger toutes les luttes : retraites, services publics, démocratie..

Plus d’un million de personnes dans les rues le 5 décembre ! Et pourtant par endroit ici du courrier distribué ce jour là… 
Il est temps de prendre conscience que c’est la même lutte et que nous ne gagnerons qu’ensemble !

Le 5 décembre plus d’un million de personnes dans la rue ! Tous ensemble continuons !

quelques documents PDF à télécharger :

Le projet Macron-Delevoye décrypté point par point

Un dossier de la FSU “Réforme des retraites : quels enjeux”

Propositions du PCF pour une réforme des retraites digne du 21e siècle

Un document d’Ensemble! sur la réforme des retraites

Retraites : un projet défavorable encore plus aux femmes, par la FSU

La réforme des retraites pénalisera encore plus les femmes, par un collectif

Lien vers un dossier sur les dangers de la réforme des retraites de Macron Delevoye

CCPBS Pays bigouden Sud, Service public de distribution de l’eau. Où en est-on ?

Le contrat actuel de délégation de service public confié à la SAUR arrive à échéance le 31/12/2020.
Afin de prévoir le mode de gestion à partir du 01/01/2021 la Communauté de communes CCPBS a demandé un rapport au cabinet Espelia, rapport sorti en janvier 2019.
Le Conseil Communautaire du 07/03/2019 a examiné le principe de reconduite de la délégation de service public qui serait attribuée pour une durée de 10 ans à partir de 2021.
Deux conseillers communautaires ont fait remarquer qu’il serait opportun de réfléchir à une reprise en régie en avançant le fait que “l’eau est un bien commun, que nous mettons dans les mains d’un service privé“. Le Conseil communautaire, avec 2 voix contre et une abstention, a approuvé le principe de la délégation de service public.

Lire la suite…

Santé. Le CHU de Guadeloupe craque de toutes parts ! Où sont passés les généreux donateurs milliardaires de Notre Dame ?

En Novembre 2017 un grave incendie a partiellement détruit l’hôpital de Pointe-à-Pitre.
Les médias ont-ils fait une campagne pour financer sa reconstruction ? Que choisir dans l’urgence : un hôpital ou une cathédrale ?

2 ans plus  tard la situation est catastrophique. Que fait le pouvoir ?
Il arrose les multinationales. La santé n’est absolument pas sa préoccupation.

Lire la suite…

La Poste : la “réforme” appelée “tournée sacoche” crée la pagaille. Régression dans le service.

Dans un monde civilisé toute réforme devrait se traduire par une amélioration de la situation, sinon pourquoi changer ce qui va bien ? Mais dans notre système du libéralisme c’est toujours l’inverse… Réformer pour casser, avec comme but unique de réduire les coûts et augmenter les profits. Qu’importe l’être humain.
Dans ce cas précis tout le monde trinque : les employés de la Poste sont méprisés et leur travail devient insupportable, et les usagés reçoivent leur courrier de plus en plus tard, et certains jours pas du tout.

Un exemple : tel usager recevait son journal du matin le matin, il y a quelques années. Puis il l’a reçu à midi, puis ensuite vers 13h30, et depuis mardi vers 14h. Et quand le facteur est de repos, c’est le lendemain, car il n’est plus remplacé ! Après la prochaine réforme il recevra son journal du matin le lendemain, et à la suivante tous les journaux de la semaine le lundi suivant, si ça continue….

Jour de lancement au Guilvinec : Le courrier est récupéré sous la pluie, mal trié, et les tournées sont rallongées de façon insupportable.

Avec la Santé, et l’École, le gouvernement continue la casse des Services Publics, du coté de La Poste.

L’article du Télégramme, reportage au Guilvinec :

https://www.letelegramme.fr/finistere/pont-labbe/facteurs-pagaille-a-la-tournee-sacoche-10-05-2019-12280213.php

L’avis de la CGT (facebook) :

Isabelle Coat-Le Guillou

11 mai, 20:46

Depuis le 7 mai, la Poste a passé en force la nouvelle organisation du travail des facteurs du Guilvinec et Penmarch pour mettre en place des tournées sacoches. Cette réorganisation est uniquement dictée par la productivité en supprimant 7 tournées sur le site de Pont l’Abbé, dont dépendaient ces facteurs.
Du côté des facteurs, le déchargement du courrier, des colis et recommandés se fait à même le camion, exposés aux intempéries. Les facteurs qui ont été dépossédés du tri de leurs tournées, se retrouvent à faire 6h45 de distribution de tournées désordonnées car classées par d’autres à Quimper. Au delà des conditions de travail dégradées, c’est également l’isolement des agents et la casse du métier de facteur que la Poste opère.
Du côté des préparateurs à Quimper, les conditions de travail ne sont pas meilleures. Ils doivent trier et classer les tournées en moins de 2h, en sous effectifs, et dans une salle où la chaleur dépasse l’entendement. Du coup, tout le courrier n’a pas le temps d’être trié et mis en case. Ils ont, à juste titre, le sentiment d’un travail mal fait.
La CGT avait pourtant proposé une autre organisation du travail en accord avec les facteurs. Cette proposition n’a même pas été étudiée par la direction de la Poste.
Malgré une opposition au projet de la Poste à l’unanimité des organisations syndicales au CHSCT, puis par 2 fois au Comité Technique, la Poste a mis en place cette organisation du travail en passant en force.
Elle est la seule responsable de la dégradation de la santé physique et psychologique des agents en souffrance et de la dégradation de la qualité du service public postal.
Le temps est venu pour les agents de se rebeller pour ne plus subir ces organisations du travail destructrices!!!!!

Article de Ouest France le 14 mai 2019 :

Article de Ouest France le 17 mai 2019