Un très bon film-débat le 17 décembre à Pont L’Abbé

A l’appel conjoint de 9 organisations syndicales et politiques le film La Sociale a été projeté à Pont L’Abbé le 17 décembre.

La Sécurité Sociale, un sujet d’actualité, car son rôle initial et son fonctionnement subissent des attaques permanentes.

Les requins de la finance y voient un secteur juteux pour leurs actionnaires, et, avec la complicité active de nos gouvernements successifs, ils la dénaturent pour s’emparer de tout ce qui est “rentable” et remplacer “solidarité” par “marché”. Le film explique très bien tout ce mécanisme, et le débat, animé par Robert Salaun, de l’Institut CGT d’Histoire Sociale, a été très fructueux.

Un film à voir absolument si vous n’avez pas pu vous déplacer…

Les organisations appelantes :

  • Union locale des syndicats CGT du pays bigouden
  • Solidaires 29 Finistère
  • FSU (fédération Syndicale Unitaire)
  • Association Front de Gauche du pays bigouden
  • Section bigoudène du PCF
  • La France Insoumise du pays bigouden
  • Nouvelle Donne du Finistère
  • Collectif Stop TAFTA et CETA du pays bigouden.
  • FGR-FP-29 Fédération Générale des Retraités de la Fonction Publique Finistère
Robert Salaun, Institut d’Histoire Sociale CGT

 

Un article de Michel Etievent (l’historien qui accompagne le film) : “Fin de la cotisation sociale = mort de la Sécurité Sociale”

Un article d’Aurélien Soucheyre : Budget, le gouvernement prépare sans le dire le cercueil de la Sécu

Interview de Gilles Perret, réalisateur du film, par la Ligue de l’Enseignement

Le dossier de presse du film La Sociale

Un dossier pédagogique à partir du film La Sociale


  Une petite histoire de la Sécu et des attaques qu’elle a subies, par GB 

PLFSS – Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2018 (article dans “La CGT Ensemble!” de décembre 2017 ci-dessous : L’hallali)

La dette de la Sécu ne représente qu’un dixième de la dette publique totale. En comptabilité nationale, le compte de l’ensemble des administrations de sécurité sociale est excédentaire de 0,2 point de PIB en 2017.

Évasion Fiscale : Au minimum 20 milliards d’euros par an échapperaient à la solidarité nationale de notre pays, selon les révélations des “Paradise Papers“. Pour la CGT : “Les privilèges distribués aux premiers de cordée, souvent les mêmes qui optimisent le rendement de leurs dividendes dans les paradis fiscaux, ont un coût en augmentation et une efficacité sur la création d’emplois totalement nulle”. Il est temps de demander aux entreprises incriminées de rembourser les aides accordées.

Un collectif de Rennes vient de sortir ce 4 pages, télécharger en pdf

 

Le 10 février 2011 sur France Inter une émission de Là bas si j’y suis sur Ambroise Croizat (écouter, à partir 12’40”)

 

 

 

 

Lycée Jean Moulin Plouhinec – le Conseil Régional décide la fermeture !

Communiqué de Ensemble!

LEP JEAN MOULIN :

LES DEMENAGEURS DU TERRITOIRE ONT FRAPPE !

Ainsi donc, sourde à la mobilisation de la population du Cap Sizun et de l’Ouest Cornouaille, la majorité socialo-macroniste du Conseil Régional vient d’entériner la fermeture du LEP Jean Moulin ; une décision qui s’inscrit dans une logique purement comptable, au mépris de ce que devrait être une politique de développement équilibré des territoires. C’est un nouveau coup porté délibérément au Cap Sizun. Quant aux perspectives d’avenir que le Conseil Régional semble réserver à l’Ouest Cornouaille et à sa jeunesse, c’est encore une fois l’illusion touristique. Pour Ensemble !, face au risque de décrochage de tout l’Ouest Cornouaille, il y a urgence à fédérer nos énergies pour construire un projet de développement qui permette à nos jeunes de pouvoir vivre et travailler dignement au Pays.


Lettre du PCF Finistère au président du Conseil Régional, le 11 décembre 2017 

Objet : avenir du lycée Jean Moulin Plouhinec 

Monsieur le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard 

Le Conseil Régional que vous présidez a fait de la maritimité une des pierres angulaires des politiques publiques.

Certains de vos services y sont dédiés et les vice-présidents en charge de ces questions multiplient les déclarations officielles, les chartes, les colloques, les journées thématiques.

Par ailleurs les milieux économiques autorisés se réjouissent du nouvel essor des industries de plaisance qui, nous dit on, ont un besoin urgent de salariés. Voila encore un beau sujet à vocation régionale.

Il n’est pas question d’ignorer un seul instant la promesse des énergies marines renouvelables, encore balbutiantes, empêtrées dans les logiques du profit immédiat, mais outils indispensables de la transition énergétique, qui elle aussi ouvre la voie à des compétences et des formations nouvelles intéressant le «cœur de métier» et les fonctions support

Enfin la pêche et les cultures marines ; identités fortes de nos territoires, filières de compétences particulières, porteuses d’emplois et de savoirs-faire, retiennent toutes les attentions. Leur maintien, leur renouvellement et leur développement sont intimement liés à la qualité et l’inventivité des filières de formations.

Tout un chacun se doit de soutenir l’économie bleue, secteur d’avenir.

Et vous, de votre côté vous vous apprêtez à fermer le lycée Jean Moulin à Plouhinec dont les sections s’intègrent largement aux besoins actuels de la filière maritime.

Curieuse logique.

Oui curieuse logique au moment même où nous avons besoin d’imaginer les formations de demain, où nous avons besoin de tout le monde, partout ; où l’accès concret, physique aux établissements est un des enjeux majeurs.

Curieuse logique aussi en terme d’aménagement et d’équilibre du territoire, de revitalisation des zones rurales, qui risque d’en dire long sur les préoccupations véritables de la Région et des services de l’Etat. Car…c’est au pied du mur que l’on voit le maçon !

Les personnels du lycée Jean Moulin se battent depuis longtemps pour le développement de leur établissement. Ils ont avancé des propositions depuis de nombreuses années sans qu’elles soient jamais examinées et encore moins prises en compte.

Vous qui faites du respect des acteurs du territoire un axe prioritaire de votre gestion ; vous seriez bien inspiré de les entendre et surtout des les écouter.

Il est donc impératif pour faciliter l’échange de points de vue de retirer de l’ordre du jour de la prochaine session du Conseil Régional la délibération actant la fermeture du lycée Jean Moulin.

Je vous prie de croire Monsieur le Président en mes sentiments les meilleurs.

Ismaël Dupont

Secrétaire départemental du Parti communiste français.


Ouest France du 15 décembre

Le lycée Pierre-Guéguin de Concarneau devrait accueillir les élèves de charpente marine du lycée professionnel de Plouhinec dans le Cap Sizun. Le conseil régional vient de voter sa fermeture. Dans quelles conditions ? Le syndicat FSU pose la question. Tout sera prêt pour septembre assure la Région de son côté.

Le couperet est tombé pour le lycée professionnel de Plouhinec. Les conseillers régionaux viennent de voter la fermeture de l’établissement, faute d’effectifs suffisants, par 57 voix pour, 24 contre et 2 blancs. Malgré la mobilisation de la population locale.

La section charpente marine devrait migrer vers le lycée Pierre-Guéguin de Concarneau. Ce qui suscite l’inquiétude de la FSU. “Le lycée Pierre-Guéguin ne sera pas en mesure d’accueillir la formation en charpente maritime l’année prochaine. Les travaux en atelier dispensés dans cette filière nécessitent la construction d’un tout nouveau bâti qui ne pourra pas être effectuée pour septembre.”

Du côté de la Région, on se veut rassurant. Le président a rencontré syndicats et parents d’élèves ce jeudi matin. “Tout sera fait pour que Concarneau puisse accueillir les lycéens de Plouhinec en septembre. La Région prévoit d’y réaliser des travaux pour pouvoir y installer les machines de la section charpentier de marine. Les délais sont courts mais ce sera fait en temps et en heure.”


LA DÉCISION DU CONSEIL RÉGIONAL DE LIQUIDER LE LYCÉE JEAN MOULIN EST UN VÉRITABLE SCANDALE.

La majorité Macroniste et socialiste du Conseil Régional rejointe dans un vote à bulletin secret par quelques « opposants » de la droite et au mépris de la population locale, des élèves et de leurs parents, de l’ensemble des personnels du lycée professionnel Jean Moulin de Plouhinec vient donc de voter l’arrêt de mort de ce lycée le 14 décembre 2017 !

Cette décision du Conseil Régional, dans la lignée des positions du Rectorat n’ayant jamais eu la volonté de développer cet établissement, est peu soucieuse de l’avenir des jeunes, du nécessaire développement de l’économie « bleue » par la diversification des filières de formation maritime.

Dicté par des arguments financiers à courte vue, ce choix méprisant pour notre territoire annonce d’autres renoncements : ne baissons pas les bras, persévérons dans notre lutte pour garder et développer notre lycée, la vie de notre bout du monde.

PCF CAP SIZUN ET DOUARNENEZ

 

La grippe n’est qu’un révélateur d’une situation grave

Voici en pièce jointe le communiqué de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, à la suite des déclarations de Madame Marisol Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires sociales au sujet de l’épidémie de grippe qui touche gravement de nombreuses région de notre pays et qui amène à hospitaliser de nombreux patients.

Pétition pour la Sécurité Sociale

https://www.change.org/p/pour-la-securite-sociale (déjà plus de 200 000 signatures)

Les signataires (voir la liste des premiers sur le site de la pétition) tiennent à manifester leur attachement à la Sécurité sociale, moyen le plus juste et le plus efficient pour un système de santé solidaire, seul à même de garantir l’égalité de toutes et de tous face à la maladie.

Et n’oubliez pas de voir le film “La Sociale” quand il passe près de chez vous.

Plogastel St Germain – Un service public en danger.

Communiqué du collectif services publics de Cornouaille

Le Collectif pour les Services Publics de Cornouaille apporte son soutien aux usagers et aux personnels face à la fermeture programmée de la Trésorerie de Plogastel Saint Germain. Une telle fermeture s’inscrit dans la longue liste des services publics de proximité liquidés par les gouvernements qui se sont succédés depuis des années : bureaux de postes, classes d’écoles, services hospitaliers, antennes de l’équipement, services fiscaux… Avec Valls-Hollande, c’est tout simplement la RGPP de Sarkozy que se poursuit. C’est la mise en oeuvre pratique de la politique d’austérité qui se développe partout en Europe au mépris du besoin de proximité de la population. Cette politique amène aussi la perte de milliers d’emplois publics au moment où les chiffres du chômage ne cessent d’augmenter. Les services publics sont financés par nos impôts : nous sommes en droit d’exiger leurs maintiens pour le bien de tous. Prétendre qu’internet pourra remplacer l’accueil du public est une escroquerie car tout le monde, en particulier les personnes âgées, n’a pas la maîtrise de cette technologie ni même les moyens financiers d’accéder à internet, sans compter les risques de piratage des données personnelles.

Annick Le Loch une fois de plus du mauvais côté ? …

aniaDans l’émission d’Elise Lucet Cash Investigation “Business contre santé” du 13 septembre 2016 il est question des 25% d’élus (sénateurs et députés) qui se font les relais du lobby de l’industrie agroalimentaire ANIA (association nationale des industries alimentaire). La députée socialiste Annick Le Loch fait hélas partie de ceux qui sont pointés du doigt. Voir à la minute 105 (1h45) de l’émission.

Cette “complicité” d’élus avec le lobby de l’industrie agroalimentaire est avouée par le sénateur Michel Raison qui, interrogé par une journaliste, et oubliant qu’il porte un micro cravate vend la mèche en disant pratiquement à son attachée “demande à l’ANIA quoi répondre”. Voir dans l’extrait ci-dessous

https://www.facebook.com/francetvzoom/videos/656861037806019/ 

si vous ne réussissez pas à lire cette petite vidéo de Facebook, voici l’équivalent sous Youtube

Electricité – Energie – un documentaire édifiant sur ARTE

Un Européen sur dix est en situation de précarité énergétique. La raison en est simple : le prix moyen de l’énergie a augmenté de 42 % en huit ans. L’Europe cherche en vain à s’accorder sur une politique énergétique commune. Retour sur l’échec de la promesse libérale des Vingt-Huit.

mercredi 11 mai à 10h45 (80 min)04

Voir en replay sur http://www.arte.tv/guide/fr/052400-000-A/electricite-le-montant-de-la-facture

Traités de libre-échange : un référendum sinon rien ! Communiqué des députés du Front de Gauche

MARDI, 26 AVRIL, 2016

Communiqué des députés Front de gauche

Depuis octobre dernier, les négociations sur le partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TAFTA) se sont accélérées entre la Commission européenne et les Etats-Unis, avec pour objectif de conclure un accord avant la fin de l’année 2016 et le terme du mandat de Barack Obama.

Alors que le 13ème cycle de négociation vient de débuter, le débat public est toujours inexistant. Les enjeux sont pourtant fondamentaux. Nous avions d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme dès le début des négociations et malheureusement, nos craintes se sont avérées justifiées. Après avoir défendu une proposition de résolution en mai 2014, rejetée par la majorité, les députés du Front de gauche ont demandé que les traités de libre-échange soient à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale ce mercredi 27 avril.

Le cadre foncièrement anti-démocratique des négociations, le manque de transparence de la Commission européenne et du Gouvernement français qui tiennent à l’écart les citoyens sont intolérables. Pour leur part, les lobbies des multinationales sont invités à la table des négociations…

La société civile rejette massivement ce traité du moins disant social, sanitaire et environnemental. En témoigne le nombre de signataires d’une pétition, qui a réuni plus de 3,4 millions de citoyens européens.

Face à la contestation grandissante, le gouvernement s’est déclaré hostile aux points les plus contestés du traité. Pourtant, il a signé le CETA (partenariat commercial UE-Canada), qui contient les dispositions les plus contestées du TAFTA. Nous ne sommes pas dupes de la manoeuvre.

La lutte anti-TAFTA – CETA doit continuer ! Nous réclamons l’organisation d’un référendum sur la participation de notre pays aux traités transatlantiques, pour que la démocratie ne soit pas bafouée et que le peuple puisse décider de son avenir.


Pour tous renseignements sur ces traités du GMT (Grand Marché Transatlantique) consulter le site Internet du Collectif StopTafta du Pays Bigouden
www.taftaquoi.wordpress.com 

Réunions d’information sur le GMT – TAFTA – TTIP – CETA – grand marché transatlantique

Pont L’Abbé 21 avril 20h30 salle du Patro Laïque —> l’affichette – le flyer
Plobannalec-Lesconil 22 avril 18h salle des Associations de Plobannalec —> l’affichette  –  le flyer
Plouhinec 22 avril 20h30 salle du conseil municipal de la mairie
Le Guilvinec 29 avril 20h30 manoir Kergoz  —> l’affichettele flyer

Renseignements et documents sur le blog du Collectif StopTafta Pays Bigouden

LeTafta_dans_assiette

www.taftaquoi.wordpress.com/dossier/

Le ministre Urvoas dénonce le député Urvoas

Tribunaux_en_péril
LE 15 FÉVRIER DEVANT LE TRIBUNAL DE BOBIGNY (93), DES AVOCATS ET DES MAGISTRATS MANIFESTENT CONTRE LE MANQUE DE BUDGET POUR LEUR MÉTIER. PHOTO BERTRAND GUAY/AFP

Quand un ultralibéral constate les méfaits de la politique qu’il soutient activement !

Depuis plusieurs jours, le nouveau garde des Sceaux étrille une justice « sinistrée » par le manque de moyens. Une stratégie peu banale pour ce proche de Valls qui a toujours voté les budgets d’austérité de l’exécutif.

Lire la suite…

26 janvier Appel unitaire contre l’austérité

L’austérité ça suffit : grève unitaire le 26 janvier
Les organisations syndicales (CGT, FO, Solidaires, FSU) des trois
versants de la Fonction publique (Etat, Territoriale, Hospitalière), appellent à la grève et aux manifestations pour le mardi 26 janvier 2016.

Les nombreuses réformes (collèges, territoriales, santé…), si elles sont mises en oeuvre, vont en effet avoir de nouveaux et graves impacts négatifs sur le service public rendu aux citoyens et aggraver encore les conditions de travail des personnels.

Alors que le salaire des fonctionnaires diminue à nouveau au mois de janvier 2016, suite à l’augmentation des cotisations retraites, la Loi de Finances 2016 vient entériner, à ce stade, le gel de la valeur du point d’indice et renforcer les effets les plus néfastes du Protocole Parcours Professionnels Carrières Rémunérations (PPCR).

La diminution de mesures catégorielles (notamment des ratios pro/pro) et des durées minimales de carrière entraîne un peu plus les fonctionnaires et agents publics dans la précarité.

Plus que jamais, les organisations syndicales CGT, FO, Solidaires et FSU appellent l’ensemble des agents publics à se mobiliser pour conserver une Fonction Publique garantissant :

Un statut et un véritable déroulement de carrière
Une revalorisation immédiate et significative de la valeur du point d’indice et le rattrapage
des pertes de pouvoir d’achat.
Un service public de proximité garant de la cohésion sociale.

Rassemblement à 11h place de la Résistance à Quimper.
Un départ est organisé en convoi escargot au départ de l’UL CGT Pays Bigouden 10 place de la Madeleine à Pont-L’Abbé à 10h00

 

Plozevet et ailleurs, La Poste en danger

Par Ouest-France

Le syndicat CGT des activités postales appelle à la grève, à compter du 4 janvier. Il dénonce la réorganisation de l’activité du bureau de poste de Plozévet (Finistère).

Un préavis de grève illimitée vient d’être déposé par la CGT des activités postales, à compter du 4 janvier 2016.

Le syndicat dénonce la menace qui plane sur l’ouverture quotidienne de l’agence de la commune de Plozévet et plus largement sur la présence des bureaux de poste du Pays Bigouden et du Cap-Sizun. “On ne peut ouvrir seulement quand il y a un client à la porte”, s’agace Alain Le Berre, le secrétaire départemental de la CGT.

Fermeture le lundi matin

Un temps évoquée, la fermeture du bureau de poste, le lundi matin, avait déjà conduit le syndicat à faire grève, en septembre 2015.

“La Poste avait pris l’engagement, début octobre, d’analyser les activités et tâches réellement exécutées au bureau de Plozévet, explique le syndicat dans un communiqué. Elle n’a tenu compte d’aucune des revendications du personnel. Elle a représenté le même dossier à la consultation des représentants du personnel.”

Pour le syndicat CGT, la baisse des effectifs et la dégradation des conditions de travail du personnel ne sont plus tolérables. “La stratégie postale actuelle tend à rendre obsolète le réseau postal”, dénonce le syndicat qui réclame la reconnaissance du travail effectif et des contraintes liées à l’activité de l’agent, seul dans le bureau de Poste de Plozévet.

image_pdfimage_print