Déclaration après le 1er tour de l’élection départementale

Les candidats Front de Gauche du canton de Pont-l’Abbé et du canton de Plonéour-Lanvern
remercient les électeurs qui leur ont fait confiance en votant pour eux (1117 pour Pont L’Abbé, 811 pour Plonéour)

Mais le système électoral injuste n’a pas permis d’avoir d’élus du Front de Gauche.
A la proportionnelle, la Gauche progressiste serait représentée au Conseil Départemental afin de prendre en compte les besoins et attentes de la population.

Les partis responsables des politiques libérales et austéritaires vont donc se partager les sièges au sein du Conseil Départemental.

Nous continuerons notre combat pour des territoires solidaires, écologiques et démocratiques, avec tous ceux qui le souhaitent.

Share Button

4 réflexions au sujet de “Déclaration après le 1er tour de l’élection départementale

  1. Et là, on fait comment pour prendre le pouvoir?!!! Ras le bol de sauver le PS au 2èm tour quand je vois le mépris qu’il a de nos idées et propositions. l’abstention, c’est pas mon truc. Le vote blanc ne compte pas… Mais franchement je crois que vais rester chez moi dimanche prochain! RD

  2. Le vote blanc n’est pas encore compté parmi les exprimés malgré nos demandes. Mais je préfère de loin le vote blanc à l’abstention. S’abstenir c’est abandonner, voter blanc – c’est à dire se déplacer pour dire que l’on ne veut aucun des candidat – c’est un vote positif qui a une signification.
    Quant à “prendre le pouvoir”, on le le fera pas seuls, il faut tous se mettre au travail en mettant de coté nos petites divergences. Il y a du boulot, soyons beaucoup plus nombreux….

  3. Régine, je crois que si le vote blanc est “nombreux” il pourrait aussi devenir bruyant dans les commentaires et analyses …,
    Enfin, je le souhaite !
    Moi je voterai blanc dimanche, nostalgique du bulletin FDG…certaine que plus que jamais il ne faut rien lâcher !
    jeanne.

  4. Le PS ayant légiféré tout l’été
    se trouva fort dépourvu
    quand le vote fut venu.
    Pas un seul petit rogaton
    de Mairie ou de Canton.
    Il alla crier famine
    chez la gauche, sa voisine,
    la priant de lui prêter
    quelques voix pour subsister
    jusqu’à l’élection nouvelle.
    « Je vous paierai, lui dit-elle,
    avant 2017, foi de néolibéral,
    intérêt et capital. »
    La gauche aimait la cohérence,
    c’était là sa qualité.
    « Qu’avez-vous traficoté
    en deux ans de gouvernance ? »
    – Nuit et jours, à tout venant,
    je libéralisais, ne vous déplaise.
    – Vous libéralisiez ? Heu. Malaise.
    Et bien, ramez maintenant.

Laisser un commentaire