Lettre PL aux socialistes

LETTRE AUX ADHERENTS ET ELECTEURS DU PARTI SOCIALISTE

La mobilisation du Front de Gauche le 18 mars à la Bastille : quelle efficacité !

Fr. Hollande l’a réduite à un « cri », apparemment trop « primaire » pour lui, le candidat qui se situe dans la stratosphère hors d’atteinte du «cri».
Et pourtant le « cri » lancé par plus de 100 000 poitrines vient de loin, de l’intérieur de millions d’individus dont les vies ont été saccagées par les politiques « libérales » menées depuis 30 ans, avec l’accentuation de ces 10 dernières années.
C’est un cri de révolte et d’espoir : voir enfin la marche de la société se réorienter vers la solidarité, le partage des richesses, la préservation de la planète.
Le cri du peuple de gauche est l’exact contraire du vote « utile » ou « efficace » prôné par les dirigeants socialistes.
Voter Hollande au 1er tour serait selon le PS une affaire d’arithmétique : les voix des autres candidats de gauche au 1er tour seraient retirées du pactole électoral potentiel du candidat Hollande.

L’ "utilité" ou « l’efficacité », c’est la mobilisation de millions d’entre nous pour imposer la remise en cause radicale de tous les privilèges des détenteurs de grosses fortunes, des spéculateurs de haut vol (les voleurs).
C’est se forger une conviction et une capacité de mobiliser les énergies pour ne pas subir mais réagir à toutes les injustices du système capitaliste actuel.

C’est cette dynamique initiée par le 18 mars qui est source de mobilisation du peuple de gauche (souvent réfugié dans l’abstentionnisme) pour les 2 tours des élections.

L’utilité et l’efficacité, c’est de ne pas donner un chèque en blanc dès le 1er tour.

Nous ne voulons pas nous faire voler notre victoire future face à Sarkozy : le futur président Hollande et la majorité de gauche devront tenir compte des mobilisations sociales qui ne manqueront pas de se développer pour « aider » la gauche gouvernementale à faire les bons choix.
Nous voulons aider à la mise en mouvement d’un grand élan des citoyens qui deviennent des acteurs de la vie politique et non des consommateurs manipulés par les « grands » médias.

Déjà, ce grand élan dépasse les frontières du Front de gauche : il prend son autonomie, il a déjà ses initiatives propres, ses activistes aguerris.

Il est comparable au mouvement des indignés qui s’est propagé dans toute l’Europe et même aux Etats-Unis. Même si ce mouvement n’est pas audible ou visible à tout moment, il creuse ses galeries souterraines dans les consciences ; il resurgira là où on l’attend le moins.

C’est la prise en mains de notre destin commun que l’on veut.

La jeunesse, comme au Maghreb, s’est mobilisée pour mettre à bas les tyrans. Elle ne va pas s’arrêter en si bon chemin : c’est l’ordre tyrannique des « marchés financiers » qui sera mis en cause directement.

La social-démocratie européenne a failli lamentablement dans son projet de replâtrage du capitalisme financier : elle est rejetée par la jeunesse grecque, espagnole.

Le PS français ne peut, ne doit pas suivre cette ligne suicidaire.

Pierre Lemée, ancien adhérent du PS (section Le Guilvinec-Penmarc’h),

militant du Front de gauche


 

 

Share Button

Laisser un commentaire