Pacte Avenir Bretagne, points de vue

Pacte d’avenir pour la Bretagne – des points de vue

PACTE D’AVENIR : LE COMPTE N’Y EST PAS!   

Le 17/12/ 2013 COMMUNIQUE de l’Association FRONT de GAUCHE Briec, Fouesnant, Quimper,

 Particulièrement inquiet face à la colère légitime des bretons, le gouvernement tente d’éteindre l’incendie qui pourrait s’étendre à tout le pays et c’est dans la précipitation qu’il a concocté un pacte d’avenir qui n’est pas satisfaisant.

Tout en renonçant à s’opposer aux licenciements non motivés dans l’agro-alimentaire, les orientations de ce projet ne remettent pas en cause le système productiviste qui vient de démontrer son incapacité à répondre aux besoins économiques, sociaux et environnementaux (délocalisations, concurrence déloyale, pollution, mépris des travailleurs,…).

Ce pacte d’avenir est un nouvel emballage de mesures qui étaient déjà actées et qui ne donnent pas suffisamment de moyens pour développer des champs prometteurs de l’économie bretonne (formation, économie de la mer, énergies renouvelables…), celle-ci ne pouvant se résumer à l’industrie agro-alimentaire.

Les dispositions de ce pacte risquent de déséquilibrer un peu plus l’aménagement de la Bretagne au profit des métropoles Rennes, Nantes et Brest et au détriment du centre Bretagne et de la pointe Finistère.   

Le Front de Gauche refuse ce modèle néo-libéral imposé par l’Europe et accepté par la droite et le PS.

L’écotaxe qui a cristallisé le mécontentement ces dernières semaines n’est elle-même qu’un palliatif mal pensé à la privatisation des autoroutes qui a retiré des ressources à l’état pour développer les infrastructures de transport, en particulier pour le fret ferroviaire, le transport maritime et fluvial.

Pour nous, un gouvernement de gauche se doit d’agir concrètement pour changer le rapport de force par rapport au monde économique et financier.

Il doit imposer  :

  •  Un contrôle sur l’utilisation des subventions octroyées aux entreprises, avec renforcement des droits des travailleurs au regard de ces fonds publics. 

  •  L’interdiction des licenciements boursiers.

  • Des conditions de travail et des salaires décents pour les ouvriers des entreprises ( 1700 euros net minimum).

  • Une rémunération juste pour les agriculteurs qui aspirent à travailler dans la sérénité.

  • Un plan régional de développement des circuits courts facilitant l’installation et/ou la conversion des agriculteurs vers une agriculture respectueuse de l’environnement.

  • Une vraie réflexion collective et des moyens contribuant à la transition écologique.


COMMUNIQUE du FRONT de GAUCHE du pays de Morlaix, vendredi 13 décembre

PACTE D’AVENIR: LE COMPTE N’Y EST PAS !

Particulièrement inquiet face à la colère légitime des bretons, le gouvernement tente d’éteindre l’incendie qui pourrait s’étendre à tout le pays.

Et c’est dans la précipitation qu’il concocte un pacte d’avenir qui n’est pas satisfaisant.

Tout en renonçant à s’opposer aux licenciements non motivés dans l’agro-alimentaire, les orientations de ce projet ne remettent pas en cause le système productiviste qui vient de démontrer son incapacité à répondre aux besoins économiques, sociaux et environnementaux ( délocalisations, concurrence déloyale, pollution, mépris des travailleurs,…).
Ce pacte d’avenir est un nouvel emballage de mesures qui étaient déjà actées et qui ne donnent pas suffisamment de moyens pour développer des champs prometteurs de l’économie bretonne (formation, économie de la mer, énergies renouvelables…), celle-ci ne pouvant se résumer à l’industrie agro-alimentaire.
Les dispositions de ce pacte risquent de déséquilibrer un peu plus l’aménagement de la Bretagne au profit des métropoles Rennes et Nantes et au détriment du centre Bretagne et de la pointe Finistère.
Le Front de Gauche refuse ce modèle néo-libéral imposé par l’Europe et accepté par la droite et le PS.
L’écotaxe qui a cristallisé le mécontentement ces dernières semaines n’est elle-même qu’un palliatif mal pensé à la privatisation des autoroutes qui a retiré des ressources à l’état pour développer les infrastructures de transport, en particulier pour le fret ferroviaire, le transport maritime et fluvial.

Pour nous, un gouvernement de gauche se doit d’agir concrètement pour changer le rapport de force par rapport au monde économique et financier. Il doit imposer :

  • Un contrôle sur l’utilisation des subventions octroyées aux entreprises, avec renforcement des droits des travailleurs au regard de ces fonds publics.
  • L’‘interdiction des licenciements boursiers.
  • Des conditions de travail et des salaires décents pour les ouvriers des entreprises ( 1700 euros net minimum).
  • Une rémunération juste pour les agriculteurs qui aspirent à travailler dans la sérénité.
  • Un plan régional de développement des circuits courts facilitant l’installation et/ou la conversion des agriculteurs vers une agriculture respectueuse de l’environnement.
  • Unevraie réflexion collective et des moyens contribuant à la transition écologique.

Communiqué du Front de Gauche du Centre Finistère

PACTE D’AVENIR : Nous ne sommes pas dupes

Particulièrement inquiet face à la colère légitime des bretons, le gouvernement tente d’éteindre l’incendie qui pourrait s’étendre à tout le pays.

Et c’est dans la précipitation qu’il concocte un pacte d’avenir qui, à y regarder de plus près, ne pourra pas répondre aux aspirations à une société plus juste, plus solidaire et respectueuse de l’Environnement.

En effet, les orientations de ce projet ne remettent nullement en cause le système productiviste qui pourtant vient de démontrer son incapacité à répondre aux besoins économiques , sociaux et environnementaux ( délocalisations, concurrence déloyale, pollution, mépris des travailleurs,…).

Le Front de Gauche refuse ce modèle néo-libéral imposé par l’Europe et accepté par la droite et le PS .

Il se prononce pour :

  • Des mesures immédiates soulageant les souffrances humaines occasionnées par les fermetures d’entreprises agroalimentaires.
  • Une réflexion collective et des moyens contribuant à la transition écologique.
  • Un plan régional de développement des circuits courts facilitant l’installation et/ou la conversion des agriculteurs vers une agriculture respectueuse de l’environnement.
  • Une rémunération juste pour les agriculteurs qui aspirent à travailler dans la sérénité.
  • Des conditions de travail et des salaires décents pour les ouvriers des entreprises ( 1700 euros minimum).
  • Une loi interdisant les licenciements boursiers.
  • Un contrôle sur l’utilisation des subventions octroyées aux entreprises.
  • L’extension des droits des travailleurs dans l’entreprise empêchant les dérives capitalistes.

Le collectif Front de Gauche du Centre Finistère estime qu’une véritable concertation doit être élaborée avec l’ensemble des acteurs bretons pour parvenir à des solutions acceptables et acceptées par tous.

La démocratie ne doit pas faire peur mais au contraire être le moteur des changements nécessaires au bien-être de tous.

11 Décembre 2013


Avis complet


La déclaration du Parti de Gauche


L’avis du CESER Bretagne (Conseil Economique et Social)


Le Conseil Régional de Bretagne a adopté ce pacte à une faible majorité (46 contre 36).

Précisons que le Front de Gauche n’a hélas aucun élu au Conseil Régional.


Un tract d’organisations du Front de Gauche “Défendre les travailleurs bretons”


Non à la signature du Pacte Avenir Bretagne par le Parti de Gauche


Il manque un volet social, par syndicats


Mouvement de la Paix Bretagne pour une réorientation des milliards consacrés à l’armement


Le texte du Pacte d’avenir pour la Bretagne


et un lien vers quelques déclarations avisées concernant l’opération “Bonnet rouge”



Share Button

Laisser un commentaire