Peche03mars2012

Le Front de Gauche organisait le samedi 3 mars 2012 au Guilvinec une réunion-débat avec Françoise Pencalet-Kerivel et Jean-Yves Leven, nos candidats à l’élection législative,
et les intervenants Camille Gouzien et Jean-Michel Le Lay, anciens patrons pêcheurs.
Voici le compte-rendu donné par Ouest France le 5 mars :

OF05mars12red

Ci-dessous, de gauche à droite : Jean-Yves Leven, Françoise Pencalet, Robert Le Cloarec, Camille Gouzien et Jean-Michel Le Layfrontdegauche2red

qm20_3388415_1_apz_128_

L’avis de Pierre Lemée (Front de Gauche Penmarc’h) :
Une très bonne réunion pêche ce samedi 3 mars au Guilvinec : le très bon article de OF en faisant un compte-rendu en est l’illustration.
De même, les participants ont été très intéressés, même passionnés par les intervenants.
Françoise a fait une synthèse historique très pointue et très appréciée par  Camille Gouzien le très actif  retraité marin pêcheur. Camille a donné de très sérieuses pistes de renouvellement pour la pêche artisanale. Loin des discours défaitistes, il a montré que la pêche artisanale a des atouts non négligeables, que le secteur maritime a très bonnes opportunités de développement avec des emplois à la clé.
A tous les acteurs, élus, simples citoyens de se concerter pour  les mettre en place.
Faire venir des intervenants qualifiés (pas forcément FDG) est une initiative très valorisante.IMG_1919red

La pêche bretonne en quelques dates…

par Françoise Pencalet-Kerivel

1. du milieu du XIXe au début du XXe siècle, domination du système sardinier
Voir les travaux de Xavier Dubois,  La révolution sardinière : pêcheurs et conserveurs en Bretagne Sud au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004

2. 1ère moitié du XXe siècle, diversification des pêcheries (maquereau, germon, langouste…) temps des pêches saisonnières, progressive spécialisation des ports, Lorient innove avec le chalutage. Cette diversification nécessite une adaptation des flottilles, des modes de financement (micro capitalisme familiale et local) et de nouvelles infrastructures portuaires.

3. 2ème moitié du XXe siècle, construction d’un système chalutier par des voies coopératives ou capitalistes (création des armements de quirataires avec une extension de la zone de recrutement par rapport à la période antérieur). Après une période de croissance relativement modérée, relance de la construction des navires des années 1960 au début des années 1980 favorisée par des subventions. Avec le chalutage hauturier, les innovations se multiplient, c’est une véritable course à l’équipement pour accroitre la productivité et conserver la pêche (congélation…) : on pêche plus, plus profond, plus longtemps, plus loin, avec une technologie de plus en plus impressionnante. Les outils de production de plus en plus chers et de plus en plus performants provoquent une surpêche économique. La pêche est devenue productiviste. Progressivement, les apports diminuent mais la hausse croissante des cours du poisson durant les années 1980 camouflent les difficultés qui s’annoncent.

4. A partir de 1990, le temps des ruptures
Lors du krach de 1993-94, les cours s’effondrent brutalement. Les recettes des navires se dégradent, certains armateurs artisans ne peuvent plus rembourser leurs dettes. Le potentiel productif diminue : recul de la flottille, pêcheurs moins nombreux. Cette situation de crise débouche sur la révolte des marins-pêcheurs soutenus dans leur lutte par leur femme, ensemble, ils créent un « comité de survie ».
Cette crise s’est déroulée dans un contexte nouveau :
–         Traité de Maastricht, Union Européenne de plus en plus libérale
–         Libéralisation des marchés dans le cadre de l’OMC (qui remplace le GATT en 1995)
La conséquence :
–         Développement d’attitudes hostiles aux échanges internationaux et critiques vives de l’Union Européenne
–         Nécessaire réorganisation du modèle halieutique breton : réduction des coûts de production, amélioration de la qualité des apports en vue de satisfaire les marchés, adaptation à la loi du marché, adaptation au choix politique qui impose des plans de sortie de flotte
–         Restructuration du mareyage et modernisation des criées.

Quelques références bibliographiques pour approfondir le sujet :
COULIOU Jean-René, La pêche bretonne, les ports de Bretagne-Sud face à leur avenir, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998
DUBOIS Xavier, La révolution sardinière : pêcheurs et conserveurs en Bretagne Sud au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004
Pencalet-Kerivel Françoise, Histoire de la pêche langoustière : Les « Mauritaniens » dans la tourmente du second XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008


JM_LE_LAY_CAMILLE_GOUZIENred Robert Le Cloarec, Camille Gouzien et Jean-Michel Le Lay

Share Button

Laisser un commentaire