Pour le second tour, déclarations

Le Front de Gauche du Pays Bigouden,
considérant que la droite et le parti socialiste représentent les mêmes politiques antisociales et austéritaires,
laisse les électeurs libres de leur choix.


Bretagne 

Déclaration des Citoyens engagés dans  les Collectifs FDG de Bretagne 

Mardi 08 décembre 2015 

Les citoyens engagés dans les collectifs du Front de gauche en Bretagne remercient chaleureusement les électeurs qui ont voté pour leur liste aux régionales.


Notre programme anticapitaliste de transformation sociale et écologique n’a pas obtenu le succès escompté sans doute en raison de la situation anxiogène engendrée par les événements du 13 novembre et l’état d’urgence mis en place.
Malgré la politique d’austérité imposée par l’Europe libérale et menée par le gouvernement PS, Le Drian a largement bénéficié de cette atmosphère et n’a pas eu à faire campagne.


Mais l’abstention massive montre également le désintérêt de 50% des électeurs pour la politique, en grande partie des déçus de la droite et de la politique menée par le gouvernement PS depuis 2012.

Le peuple se sent abandonné et malheureusement de nombreux citoyens se tournent vers le parti de la haine, de la discrimination.
Le FN est un parti de droite extrême qui ne remet pas en cause le système capitaliste responsable de la misère humaine, des guerres et des dégâts écologiques dans le monde. Lui faire confiance, c’est se jeter dans la gueule du loup.
 

Pour le 2ème tour de ces élections régionales, compte-tenu de la responsabilité du PS et de la droite générant la situation désastreuse dans laquelle nous sommes, nous laissons nos électeurs libres de leur choix.


 

Déclaration d’ENSEMBLE !

Ensemble! remercie les électrices et les électeurs qui ont porté leur suffrage sur la liste « Pour une Bretagne sociale et écologique, l’Humain d’abord! » présentée par le Front de Gauche malgré un contexte politique difficile et anxiogène aggravé par les conséquences des attentats du 13 Novembre et l’instauration de l’état d’urgence qui ont induit une réaction légitimiste au profit du PS d’une partie significative de l’électorat de gauche.

Le scrutin de dimanche est à nouveau marqué par un fort taux d’abstention. Considérant que voter ne permet pas de changer la situation, de nombreux citoyens ont exprimé leur refus de cautionner une démocratie à bout de souffle.

Le score du Front national lui permet d’être aux portes du pouvoir dans plusieurs régions. Il triple son score en Bretagne, région qui jusqu’à hier était encore à l’abri des idées nauséabondes de ce parti. Ce vote n’exprime plus seulement de la colère, il traduit le désarroi d’un grand nombre d’électeurs qui ne voient malheureusement pas d’autre alternative que d’apporter leurs suffrages à un projet de société xénophobe et dangereux pour nos libertés et chaque concession faite à ses idées lui a permis de progresser. Mais c’est aussi le refus d’affronter les forces de la finance, du patronat et du Medef qui conduit à plus de chômage, d’inégalités, de précarité et qui nourrit le vote FN.

Le Drian en Bretagne sauve la mise au PS en se positionnant en homme providentiel, en refusant de mener campagne, ou participer à un débat contradictoire. Décidément nous ne partageons pas la même conception de la démocratie. Ce n’est ni en allant au secours d’une politique gouvernementale qui montre chaque jour ses conséquences catastrophiques pour les couches populaires, ni en jouant les “Monsieur plus” du PS, que nous pourrons surmonter cette situation. C’est pourquoi, considérant que les électeurs sont des citoyens majeurs, nous laissons nos électeurs libres de leur choix pour le second tour.

Malgré l’investissement d’un grand nombre de militants, le score du FDG est bien sur décevant mais nous avons eu l’occasion dans cette campagne de mener des échanges très fructueux. Loin de l’image que l’on veut donner en accusant les abstentionnistes de tous les maux, nous avons rencontré des femmes et des hommes qui veulent faire de la politique autrement que dans un cadre électoral. C’est avec ces femmes et ces hommes qu’Ensemble ! Bretagne continuera d’agir pour construire un projet au travers duquel chacun pourra se projeter et se sentir acteur d’une société qui ne repose plus sur le modèle capitaliste, marchand, financier et la mise en concurrence des femmes et des hommes.

Ensemble ! Bretagne
7 décembre 2015


declarPG_Bretagne_6dec


 

Communiqué du PCF Finistère: un chemin d’espoir pour transformer la société est à construire ensemble!

Les élections du 6 décembre 2015 sont un désastre pour le pays et pour la gauche dont l’électorat est désorienté suite à la trahison des engagements de campagne de 2012.

La responsabilité en revient avant tout aux politiques au service du capitalisme des gouvernements successifs depuis 40 ans, et tout particulièrement aujourd’hui le gouvernement Hollande-Valls-Macron, responsable après celui de Nicolas Sarkozy, d’une augmentation du chômage, des inégalités.

Le Parti Communiste du Finistère remercie les 13 277 électeurs finistériens qui ont fait le choix de soutenir la liste du Front de Gauche conduite par Xavier Compain, Sylvie Larue et Catherine Boudigou au 1er tour des Régionales :

“Pour une Bretagne sociale et écologique: l’Humain d’abord !”.

Ces voix pour une vraie politique de gauche sont à prendre en compte : elles sont un appel à plus de justice sociale, de défense des services publics, de relance industrielle, plus de souveraineté démocratique et d’engagement écologique sincère, de recherche d’une politique de paix seule capable d’assurer la sécurité de tous.

En Bretagne, les conditions même de la campagne dans une situation d’état d’urgence posent une grave question démocratique.

Le PS résiste, malgré l’absence de campagne régionale du Ministre omniprésent dans les

médias nationaux, dans la période actuelle.

Seul membre du gouvernement tête de liste, sa notoriété de Ministre d’un pays ” en guerre”

a pesé autant ou plus que le bilan des politiques régionales.

L’abstention est très élevée et la percée du Front National est spectaculaire et préoccupante

en Bretagne aussi. L’exaspération, le désarroi, une colère légitime de l’électorat face à

l’aggravation des conditions de vie et les renoncements des politiques du PS au pouvoir

éclatent avec force.

Le vote FN, ici comme ailleurs, se nourrit des peurs, des messages de division, des mensonges complaisamment relayés par trop de médias et de forces politiques.

Le FN, ennemi des pauvres qu’il ne cherche qu’à diviser, est un danger véritable pour notre démocratie, nos libertés et notre vivre ensemble. Il trompe et ment sur sa nature profonde de force de régression autoritaire, antisociale, antiféministe. Les communistes le combattront sans cesse et de toutes leurs forces.

Les habitants de notre région n’ont rien à attendre de ce parti pas plus que des amis de la

droite dure de M. Le Fur.

Les communistes ont la conviction qu’aucun des redoutables problèmes sociaux, écologiques, de paix, ne sera résolu en cherchant des solutions d’austérité, d’autoritarisme, de réduction des libertés, d’exclusion, de division des habitants de notre région, de notre pays, de notre monde.

Un chemin d’espoir pour transformer cette société de plus en plus brutale, dangereuse, est à

construire ensemble !

A Brest, le 8 décembre 2015.


 

COMMUNIQUÉ DU FRONT DE GAUCHE DU MORBIHAN

Le Front de Gauche du Morbihan et ses candidat-e-s remercient les électeurs et les électrices qui lui ont accordé leur confiance lors du scrutin de dimanche dernier.

Au lendemain du premier tour des élections régionales, l’avenir est sombre pour le peuple de France.

On assiste à une montée en force du FN qui apporte ses réponses simplistes et xénophobes  aux peurs, aux colères, aux souffrances de la population.

Ces souffrances ont pour principale raison les politiques d’austérité menées par le gouvernement socialiste, à la suite de la droite.

C’est la raison pour laquelle le Front de Gauche 56 ne donnera pas de consigne de vote pour le deuxième tour.

Force est de constater que le Front de gauche n’a pas réussi à se faire entendre. Le contexte est certes difficile pour les idées d’humanité et de solidarité que nous portons.

Mais le Front de Gauche doit aussi regarder sa propre vérité et travailler à rendre populaire ses propositions, dans les luttes et dans les idées, en se débarrassant des querelles de sommet.

Dans la période qui s’ouvre, l’heure est au rassemblement sur le terrain des citoyens et de toutes les forces politiques, syndicales, associatives, qui veulent agir contre l’austérité et porter haut la devise « liberté, égalité, fraternité ».

Le 8 décembre 2015

 

Share Button

Laisser un commentaire