Quelques commentaires après le 6 décembre

Clémentine Autain (Ensemble) : Le score du Front national est “un désastre qu’il faut d’abord imputer à la politique gouvernementale qui a désespéré, démobilisé, sidéré” les électeurs, notamment de gauche. “Nous avons un total gauche dans le pays qui est tout à fait lamentable, la gauche est aujourd’hui détruite”.

Eric Coquerel (PG) : «On n’a pas pris une grosse claque mais c’est vrai que c’est un résultat décevant». «Nous demandons  des ‘fusions techniques’, même si je préfère le terme de ‘regroupement technique’», … «Le PS nous laisserait alors une proportion de postes, sans qu’aucun accord de cogestion ne soit conclu», avance-t-il. «Nous avons beaucoup hésité, beaucoup discuté, car le gouvernement et le PS assument des politiques de droite. Cette décision a été très dure à prendre, mais nous n’avons pas voulu laisser nos électeurs dans le flou»,

Pierre Laurent (PCF) :  La responsabilité des gouvernements successifs qui ont maintenu depuis dix ans, contre l’avis d’une majorité du pays, le cap de politiques d’austérité de plus en plus dures, appliquées avec des méthodes de plus en plus autoritaires, est immense. (…) La montée du Front national s’est d’autant plus nourrie de ce rejet que la droite des Républicains et de l’UDI et les dirigeants socialistes se sont dépensés sans compter pour installer le Front national (…). Ils ont eux-mêmes banalisé ses idées, espérant ainsi étouffer tout espoir de transformation sociale (…). “Pour le second tour, le PCF veut faire respecter la volonté des électeurs qui ont accordé leur confiance aux listes citoyennes et du Front de gauche au premier tour (…) Le PCF appelle à construire des listes de second tour qui rassemblent les différentes listes de gauche du premier tour. Dans ces listes, personne ne se rallie à personne. L’addition de ces listes est la seule manière d’empêcher la victoire totale de la droite et de l’extrême droite. Dans les assemblées régionales, les élus communistes agiront librement sur la base de leurs engagements devant les électeurs au premier tour pour faire avancer tout ce qui aidera notre peuple à mieux vivre.”


La CGT : “Le Front National, un danger pour le monde du travail et la démocratie”


Raoul Marc JENNAR  :  “Les 23 millions qu’on n’écoute pas

Share Button

Laisser un commentaire