Après les attentats de Janvier

Après les attentats de Janvier

La réaction des citoyens français, dans leurs diversités, contre la violence terroriste, pour la réaffirmation de la liberté d’expression, une société de fraternité, de liberté, de laïcité, est impressionnante, émouvante, réconfortante.

C’était la meilleure réponse à apporter aux mouvements qui veulent semer la haine, aggraver les tensions et le climat d’intolérance entre les religions, les communautés, les différentes composantes de la société.

C’est aussi le signe que ce qui s’est passé a ébranlé chacun de nous, a été perçu comme un point de basculement possible vers une société où la peur, l’intolérance, et la séparation communautaire ou communautariste domineraient.

C’est bien la réaffirmation des valeurs républicaines et de l’attachement à notre paix civile et à notre liberté qui nous sont apparus soudain plus vulnérables qui ont été les moments extraordinaires et historiques de cette semaine sanglante.FranceSolidaire

Mais ne soyons pas naïfs

Le journaliste José Fort écrivait avant la marche du 11 janvier :

“Nous irons marcher dimanche en souvenir de nos copains, nos camarades, pour défendre la République et la démocratie face aux assassins. Nous marcherons conscients que les géniteurs des monstres sont quelque part dans la foule et comptent nous duper en récupérant une immense douleur frappant chacun d’entre nous. Lorsque le temps de la réflexion viendra, il faudra dire toutes les vérités.”

Des millions dans la rue, mais des motivations différentes.
En tête du cortège parisien paradaient scandaleusement à coté du bourreau Netanyahou, certains chefs d’Etat (Emirats arabes Unis, Arabie Saoudite,..) qui venaient en France “défendre la liberté d’expression” mais refusent la liberté à leur peuple, Jean-Claude Juncker, défenseur de la liberté..des paradis fiscaux, etc… Quant aux dirigeants des pays de l’OTAN également présents ils ont de graves responsabilités dans ce qui nous arrive.

Et après ce bel élan citoyen réconfortant il faudra aussi parler des responsabilités.
Pourquoi nous en sommes venus là ?
Beaucoup de choses à dire à ce sujet… sur le blog personnel de GB.


Quelques commentaires :

Communiqué d’Ensemble : Unité nationale ? C’est non ! 

Non à la rhétorique de la « guerre des démocraties contre le terrorisme », oui à la laïcité et à la réaffirmation de nos valeurs républicaines, par Ismaël Dupont, FDG Morlaix
http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/article-non-a-la-rhetorique-de-la-guerre-des-democraties-contre-le-terrorisme-oui-a-la-laicite-et-a-la-re-125355596.html


CHARLIE : CETTE HORREUR EST LE SIGNE D’UN BASCULEMENT

Les assassinats perpétrés contre Charlie hebdo sont une horreur innommable. C’est un attentat contre les victimes (12 à cette heure), un attentat contre la liberté d’expression, un attentat contre la société toute entière.

Cet attentat est bien sur inacceptable, il ne peut tolérer aucune complaisance, nul ne peut humainement le banaliser, en relativiser la gravité.

Cet attentat marque probablement une étape dans la déliquescence du capitalisme international, le délitement de la société, la crise du vivre ensemble. Ici et dans le monde.

Depuis la fusillade qui coûta la vie à des dizaines de jeunes socio-démocrates norvégiens, c’est une humanité qui fait défaut : une digue a sauté. Que de tels actes horribles soient pensés, possibles signifie la fragilité de la pression sociale, donc de la société face aux cancers qui la minent, à une désintégration certaine du vivre ensemble et d’une construction sociale commune.

La mondialisation telle qu’elle est subie par les peuples, la financiarisation de tous les échanges et la marchandisation des actes de la vie quotidienne et des rapports interpersonnels créent chaque jour les conditions de ce délitement général.

Mais si l’on peut se féliciter d’une défense semble-t-il quasi consensuelle de la démocratie et de la liberté, il est des apprentis sorciers qui portent de lourdes responsabilités dans la situation actuelle.

Ils ont largement contribué à franchir cette étape de la rupture sociétale. Trop heureux de fêter la « fin du communisme » le mur qu’ils ont fait tomber est surtout celui qui contestait le libéralisme triomphant. Jamais depuis le premier âge du capitalisme, les inégalités ne se sont autant aggravées. Jamais la « démocratie » n’a paru si faible et inefficace de Timbuktu à Kobané, du sous-continent indien à la Thaïlande. Jamais depuis des décennies, les rodomontades brunes n’ont sévi avec tant de force. L’offensive massive menée contre les droits sociaux, généralisant précarités et misères est le meilleur allié des ces « fous de la peur ». Et que dire des campagnes et « dérapages » islamophobes, racistes, postcolonialistes, des pratiques discriminatoires de tous ordres ???

L’étape ainsi franchie, la digue démocratique débordée, l’effondrement d’une espérance collective appellent à reconstruire l’espoir. En partant du peuple, du mouvement et de l’intelligence et de l’auto organisation « des gens ».

Face aux fascismes –quels que soient leur habillement- la seule voie qui vaille est celle d’une mobilisation collective, choisissant la réponse aux besoins contre la marchandisation, la coopération contre la concurrence, l’alternative sociale, écologique et économique contre la pensée unique, la valorisation des milliardaires et le règne de l’argent-roi.

De l’action locale aux organisations mondiales c’est ce choix qui est désormais posé. La seule voie de l’espoir, c’est place au peuple.

Patrick Vassallo


Les médias « officielles » doivent arrêter de recevoir presque chaque jour des racistes et semeurs de haine. Cela suffit !

Condamner aussi toutes ces interventions à l’étranger au nom de « l’occident » qui sèment la guerre civile, l’humiliation dans les populations.
Les USA et leurs valets de l’OTAN, dont les gouvernements français, ont fait pousser des « talibans » en Afghanistan, puis en Irak, en Lybie, en Syrie. Ils ont même contribué ainsi à les armer.
Stop aussi au soutien aux régimes ignobles d’Arabie Saoudite et d’Israël qui contribuent activement à faire monter le fanatisme dans le monde. GB


Notre 11 septembre

Comme pour les twin towers américaines, l’attaque a été brutale, calculée, sanglante. Comme pour les USA ça aura été une tragédie soulevant une profonde émotion. Sur le chemin des horreurs et des tragédies, cette entrée de siècle est féconde. Nous entrons dans une ère barbare.

Mais ce qui rapproche du « 11 septembre », c’est le travail réalisé sur nos émotions humaines, sur nos indignations devant le terrorisme, sur nos refus du sang répandu. Les larmes américaines avaient été versées contre la violence et ont été utilisées pour faire pousser la guerre, pour porter au flot inachevé des larmes. C’est à cela que nous conduit la communication en cours.

L’unité nationale. L’unité de l’indignation. Le masque de l’indignation. Les grands mots sont utilisés pour nous enfermer dans un but qui n’est pas le nôtre, pour une nouvelle histoire de violence qui nous échappe, que nous paierons le prix fort.

Terrorisme. Attaque sanglante. La mort frappe des personnes que nous connaissons (médiatiquement au moins), des personnes sympathiques et hors des clous donnant envie de les aimer. L’émotion nous serre la gorge, mais le sang est encore chaud que le pouvoir de communication se met en route. Eux sont toujours aux aguets, bons professionnels. Notre indignation est travaillée, nos sentiments sont manipulés. Temps moderne ? Sur la rapidité uniquement.

Unité nationale ? Réfléchissons à ce que nous vivons. Des hommes sont assassinés, nous sommes émus et nous compatissons, rien à redire. Mais dans quel brouillard veulent nous amener nos dirigeants et les médias à leur botte (rare sont les journalistes faisant preuve de courage et de liberté, ou disposant de cette liberté) ? AU RETOUR DU COMBAT DU BIEN CONTRE LE MAL.

Inutile de se compliquer la vie, surtout lorsque les larmes montent, la chose est entendue nous défendons LA LIBERTE DE LA PRESSE CONTRE LES OBSCURES BARBARES.

Puis-je, ainsi, condamner l’acte barbare sans me déclarer complice de publications islamophobes ? Peut-on dans l’indignation oublier que nombre des dessins (j’ignore la proportion) représentaient des propos voisins de Zemmour (l’Islam est terroriste par essence) Pour tout vous dire, je serais autant révolté de l’assassinat de l’antisémite Dieudonné que de celui du directeur de Charly Hebdo. Tous les racismes me révoltent mais aussi, et bien sûr encore d’avantage, tous les actes terroristes. C’est le terrorisme qui me révulse et que je veux combattre.

Unité nationale ? Réfléchissons à ce que nous vivons. Que s’est-il passé pour les Musulmans aux USA après le 11 septembre ? Une chasse, un rejet… Et les excuses présentées par quelques Imams, les solidarités des gouvernements arabes, n’ont rien fait à l’affaire. Sale temps ! Obama s’est fendu d’une parole lors de son premier mandat, j’ignore si cela a suffi.

La manœuvre à l’américaine se reproduit. L’unité nationale dérape déjà en une injonction envers les musulmans de dénoncer publiquement l’acte de terreur. Quelqu’un a-t-il vu les musulmans appeler en masse au crime, au terrorisme ? Il est vrai qu’entre des Zemmour et des Le Pen (pardon pour les nombreux oublis) des esprits faibles pourraient y croire. En quoi les musulmans sont-ils plus responsables des fascistes que les Norvégiens de Breivic, les américains des tueurs du Ku Klux Klan (pardon, là aussi j’en oublie un paquet). Que vise cette injonction sinon à accréditer que oui, effectivement, les musulmans souffrent de cette tare fondamentale d’être de potentiels terroristes. Je serais musulman, je cracherais à la gueule de celui qui me sommerait de me justifier.

Unité nationale ? Réfléchissons à ce que nous vivons. Ce soir j’ai écouté notre Président (au sommet de son art) mais aussi Kerry l’américain. Je me souviens de Bush après les attaques contre les tours. Il avait appelé à la guerre. Notre Président fait de même, en plus simple. Pour Hollande la guerre est déjà engagée… il l’a justifiée. On parlait de partager la peine pour des personnes assassinées et nous voilà devant acquiescer à la guerre.

Et justement, les « excuses », les guerres… S’il faut que quelqu’un s’excuse ce sera moi. Je vous demande de m’excuser pour ma responsabilité dans ce drame et quelques autres. Je suis responsable, co-responsable, de ne pas être parvenu à arrêter le déclenchement de la guerre américaine en Irak. Nous étions 20 millions à travers le monde à manifester et à dire que cette guerre était folie, QU’ELLE ALLAIT DESTABILISER LA REGION ET ENGENDRER UNE EXPLOSION DE LA VIOLENCE. Ce sont exactement les mots que mes jeunes oreilles entendaient il y a 20 ans. Et depuis, pas à pas, guerre après guerre, en s’accélérant la prédiction des leaders pacifistes se réalise (dont le chanteur Renault). En perdant ce combat de paix et de droit, nous avons laissé la boite de pandore s’ouvrir. La guerre et toutes ses violences se répandent dans tous les pores de notre monde. C’est une génération qui a à s’excuser, nous n’avons pas été assez conscients et combattifs.

Réfléchissons à ce que nous avons à faire. Cessons de nous aveugler et nous chloroformer dans la propagande des dominants. Cessons d’hurler avec les loups. Nous sommes dans une époque de grand danger pour l’avenir, c’est bien le moment de regarder dans notre passé pour y puiser de la sagesse. Repensons à cet homme d’église désespéré, ce Pasteur interrogeant le philosophe E. Kant « y aura-t-il toujours la guerre pour venir réduire à néant les maigres progrès obtenus de l’intelligence humaine ? ». Et Kant a produit « Vers la paix perpétuelle ». Notre monde, notre avenir, auraient bien à gagner à retrouver ce chemin d’intelligence.

Serge Grossvak, Le 7 janvier 2015


 

Morlaix2_7janv14

2015-01-11 14.55.34

Share Button

Laisser un commentaire