ADMR en colère ! Guilvinec, Tréffiagat, Loctudy

L’article du journal Le Télégramme :

Personnels de l’ADMR du Guilvinec -Treffiagat – Léchiagat en grève, mardi après-midi.
Les salariés de l’ADMR du Guilvinec, Treffiagat et Léchiagat étaient en grève devant les locaux de l’ADMR du Guilvinec, soit environ une quarantaine de personnes du secteur du maintien à domicile des personnes dépendantes qui ont cessé le travail durant trois heures, mardi après-midi. Quelques élus de Tréffiagat sont venus les soutenir. Côté revendications, la grève est motivée par les difficultés qui sous-tendent à la branche aide à domicile, au premier rang desquelles le manque de moyens au plan national. Un salaire brut moyen de 972 € après quinze années d’ancienneté, des temps partiels subis, un taux d’accidents de travail dépassant celui du BTP… Les demandes consistent dans la mise en place de financements pérennes et adaptés, une revalorisation des salaires via la hausse de la valeur du point, une amélioration des carrières, notamment avec la validation des acquis de l’expérience. Un courrier en ce sens a été remis à la permanence de la députée Liliana Tanguy, à Pont-l’Abbé, sollicitant une rencontre afin de mieux décrire les temps partiels, les plannings morcelés, l’usure des véhicules personnels…
© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/le-guilvinec/admr-personnels-en-greve-mardi-09-10-2019-12404118.php#ZGUkfC16wPckq4tl.99
 
L’article du journal Ouest-France

Une aide à domicile de Haute Corse a écrit au Président de la République (article de presse, cliquer sur ce lien)

Si vous n’avez pas eu accès à l’article avec le lien précédent, le voici en PDF

Voici sa lettre (cliquer sur cette autre lien)

Mardi 8 Octobre Rassemblement pour les retraites à Pont L’Abbé et Action des personnels ADMR

Rassemblement organisé par la coordination CGT-FSU-LSR-FGRFP
mardi 8 octobre à 10h30 Pont L’Abbé place de la République devant la Poste.

Manifestations dans tous les départements.

* Le tract intersyndical

* Un dossier sur la réforme retraite à points de Macron

Le 8 octobre également les personnels ADMR de Tréffiagat, Guilvinec, Loctudy seront en grève

À l’appel du mouvement national des Professionnels des établissements pour personnes âgées et des services d’aide, de soins et d’accompagnement à domicile, les salariés de l’ADMR du Guilvinec et Loctudy ont décidé de se rassembler devant les locaux de l’ADMR du Guilvinec le mardi 8 octobre de 14 h à 17 h pour alerter la population sur leurs conditions de travail dans un secteur oublié des pouvoirs publics et ils invitent la population, les élus, les personnes aidées et leurs familles à venir les soutenir.

Les ADMR du Pays Bigouden s’adressent au Président de la République

Monsieur Le Président de La République,

Nous personnels du maintien à domicile des personnes dépendantes,
Vous sollicitons pour vous faire part les difficultés que subit la branche « aide à domicile ».
L’Etat ne cesse de vanter le maintien à domicile des personnes en situation de dépendance mais ne prend pas les mesures  pour fournir  les moyens de le faire correctement.

Ces femmes et hommes qui travaillent au quotidien auprès de nos séniors sont un maillon essentiel et indispensable au maintien à domicile.

Vous ne nous entendez pas, nous ne faisons pas la une des journaux télévisés …. Car, souvent isolé, en petite structure, pas syndiqué et discret, le travailleur à domicile ne se plaint pas, il subit en silence… et souvent le travailleur à domicile est une femme, qui subit le temps partiel (qui doit être disponible du lundi au dimanche de 8h à 20h) … mais qui n’a pas de qualification et n’est « qu’une femme de ménage » dans la pensée collective.

Il faut beaucoup de qualités pour exercer ces métiers, la relation humaine est une compétence essentielle, mais elle n’est pas reconnue. Nous  passons  dans les maisons nous faisons le nécessaire, le ménage, la préparation des repas, les courses, l’aide administrative et tant encore … mais le reste ? le réconfort, l’accompagnement dans la maladie, accompagner la perte des repères? Nous n’avons pas les moyens de le faire.

Pour toutes ces raisons nous vous interpellons :

·         Nos salaires sont gelés nous vous demandons une révision des grilles de salaires et une augmentation de la valeur du point

·         Nos frais kilométriques s’envolent, le remboursement est le même depuis 2008, soit 0.35 € par km nous demandons une revalorisation des indemnités kilométriques et une prise en charge de tous les frais kilométriques engagés par le salarié. Aujourd’hui seule une partie est prise en compte alors que le métier exige ces déplacements professionnels

·         Nous souhaitons une Amélioration des carrières et des conditions de travail des personnels
> Une reconnaissance et une valorisation des métiers par un accès facilité à la Formation professionnelle

·         La mise en place de financements pérennes et cohérents du maintien à domicile via les plans d’aide APA. La personne âgée dépendante ou handicapée n’est pas et ne doit pas être catégorisée dans des cases…Chaque personne a des besoins différents, chaque plan d’aide proposé doit être pensé individuellement.

Nous demandons des propositions concrètes concernant les conditions d’interventions et la prise en compte des besoins des personnes accompagnées dans leur globalité (arriver chez une personne préparer un repas et, faire manger une personne âgée en 30 mn nous appelons cela : maltraitance!)

Monsieur Le Président, dans votre emploi du temps chargé, pourriez-vous consacrer ne serait-ce qu’une demie journée ou un entretien à ces personnes, qu’elles / ils vous expliquent leur quotidien… Partout en France vous en trouverez, partout les mêmes constats, partout les mêmes difficultés, entendez nous.

La mission des structures d’aide à domicile est « d’accompagner et de soutenir les plus fragiles dans leur quotidien, notamment en assurant la continuité de service. »
> Donnez-nous les moyens nécessaires pour remplir pleinement ce rôle d’utilité sociale dans les meilleures conditions possibles

 

Monsieur Le Président, nous comptons sur vous.

Nous  vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

 

Les salariés de l’association ADMR Guilvinec –TREFFIAGAT

25 Rue de La Gare 29730 LE GUILVINEC

guilvinec@admr29.bzh

2 pétitions lancées localement : ADMR et CETA

M. Le Président de la République : Des moyens pour le maintien à domicile !

Nous personnels du maintien à domicile des personnes dépendantes ,
Vous sollicitons pour transmettre à la Présidence de la République et vos collègues parlementaires les difficultés que subit la branche « aide à domicile ».
L’Etat ne cesse de vanter le maintien à domicile des personnes en situation de dépendance mais ne débloque pas les moyens de le faire correctement !
Nous regrettons que le président de la République ne se soit toujours pas exprimé sur la situation de l’aide aux personnes âgées ou handicapées.
Nous demandons :
La mise en place de financements pérennes et cohérents du maintien à domicile
Une Revalorisation des salaires par une augmentation de la valeur du point
Une revalorisation des indemnités kilométriques
Une Amélioration des carrières et les conditions de travail des personnels
Une reconnaissance et une valorisation des métiers par un accès facilité à la VAE
Nous demandons des propositions concrètes concernant les conditions d’interventions et la prise en compte des besoins des personnes accompagnées dans leur globalité
La mission des structures d’aide à domicile est « d’accompagner et de soutenir les plus fragiles dans leur quotidien, notamment en assurant la continuité de service.
Donnez‐nous les moyens nécessaires pour remplir pleinement ce rôle d’utilité sociale dans les meilleures conditions possibles !

https://secure.avaaz.org/fr/petition/M_Le_President_de_la_Republique_Des_moyens_pour_le_maintien_a_domicile/?cHWRRmb

Pétition pour un référendum sur le CETA proposée par
les collectifs Stop TAFTA-CETA du Pays Bigouden et du Cap Sizun

Le 17 février dernier nous avons demandé un rendez-vous à Liliane Tanguy, députée, et à Michel Canevet, sénateur, afin de leur remettre une pétition à ce sujet signée par plus de 200 personnes localement. A ce jour 3 avril nous n’avons reçu aucune réponse.

Nous allons donc constituer une délégation pour aller le samedi 28 avril leur remettre cette demande qui sera d’ici là signée par encore plus de gens, et nous en avertirons la presse.

La pétition : Exigeons un référendum Destinataires Me Tanguy députée, M Canevet sénateur