La grande misère des hôpitaux. Ce n’était pas une fatalité. Il y a des responsables.

Manque de lits et de personnel dans les hôpitaux. Surmenage des personnels.
On les connait les coupables : ils se nomment Sarkozy, Hollande, Macron.
Pour que leurs amis de la finance se goinfrent ils ont sacrifié Santé, Éducation, et tous les  Services publics.
A quand un tribunal populaire pour les juger ?
Oui si nous sommes dans cette situation face à  cette crise, c’est parce que depuis des années les hôpitaux ne sont plus gérés comme des services publics dans l’intérêt général mais comme des entreprises qui ne doivent pas couter un sou à  la collectivité publique
Pire on laisse tomber ce qui est “rentable” sans gros investissement autrement dit rentable à  court terme.
C’est la logique libérale qui démantèle les services publics et abandonne des plans entiers de la population, là où ils s sont le plus nécessaires : les quartiers les plus pauvres et les territoires
ruraux 
Quand va-t-on être capable de faire un large rassemblement pour dénoncer tout cela afin de nous éviter de nous retrouver obliger de choisir entre la peste et le choléra.”

(Marie-Christine Vergiat, ex députée européenne du Front de Gauche,  sur Facebook à propos de l’image ci-dessus)

Et ce que Macron n’a bien sûr pas dit dans son discours du 28 octobre :

Le gouvernement continue de supprimer des lits !

Voir la carte des suppressions (article de Bastamag du 29 octobre)
 
Un exemple parmi d’autres, en Essonne :
 

Santé. Le CHU de Guadeloupe craque de toutes parts ! Où sont passés les généreux donateurs milliardaires de Notre Dame ?

En Novembre 2017 un grave incendie a partiellement détruit l’hôpital de Pointe-à-Pitre.
Les médias ont-ils fait une campagne pour financer sa reconstruction ? Que choisir dans l’urgence : un hôpital ou une cathédrale ?

2 ans plus  tard la situation est catastrophique. Que fait le pouvoir ?
Il arrose les multinationales. La santé n’est absolument pas sa préoccupation.

Lire la suite…

La grippe n’est qu’un révélateur d’une situation grave

Voici en pièce jointe le communiqué de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, à la suite des déclarations de Madame Marisol Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires sociales au sujet de l’épidémie de grippe qui touche gravement de nombreuses région de notre pays et qui amène à hospitaliser de nombreux patients.

Ça grogne dans les Services Publics

hollande-courbe-chomage-ysopeLes effectifs sont comprimés, et le chômage augmente (malgré le tripatouillage des chiffres).

La Poste
A Pont L’Abbé : Lu dans Le Télégramme

A Morlaix : Lu dans Le Télégramme

Les Hôpitaux

Pétition contre le projet Touraine

Les services publics se portent bien mal sous un gouvernement socialiste. Rassurons nous, les profits des actionnaires sont en gros progrès… avec l’aide efficace de nos dirigeants.

Soutien aux personnels des hôpitaux en grève le 25 juin

POUR LA SANTE ET CONTRE L’AUSTÉRITÉ, CONSTRUIRE UNE LARGE MOBILISATION

Le Front de Gauche du Finistère apporte son soutien total aux personnels des hôpitaux en grève le 25 juin à l’appel des syndicats CGT , SUD , FO et FSU contre la politique d’austérité menée dans leur secteur et appelle à participer à la manifestation que ceux ci organisent à Morlaix ce jeudi à 10 h 30.

Lire la suite…

La santé en danger

Sur l’ensemble du territoire de notre pays le personnel de santé est un peu partout en effervescence et la Cornouaille n’échappe pas au mouvement. Le Centre Hospitalier de Quimper sur lequel ont été regroupés toutes les activités de chirurgie de Pont-l’Abbé et de Douarnenez (qui n’a plus d’anesthésiste) et qui reçoit une grande partie des urgences est au bord de l’explosion. Il faut parfois attendre jusqu’à 7 ou 8 heures une prise en charge aux urgences du CHIC ! Les équipes sont épuisées et le font savoir. Une infirmière d’un de ces établissements a écrit une lettre (anonyme car elle a peur de perdre son emploi) au comité de défense de son hôpital pour signaler sa détresse. Elle n’arrive plus à faire son travail correctement et craint que les patients n’en subissent les conséquences.

Lire la suite…