12 avril à Paris 100.000 contre la politique de Hollande

12 Avril 2014 à Paris – 100.000 personnes à la marche contre la politique d'austérité du gouvernement.

JLMélenchon le lendemain sur FR5 dans CPolitique-vidéo

Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême-droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme.
En France ,comme dans toute l'Europe, la rigueur budgétaire et l’austérité imposées par la Commission européenne, François Hollande et le gouvernement pour satisfaire les marchés financiers nourrissent ce climat malsain. Les conséquences sont là : services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal…
Le chômage monte, la précarité s’étend, les jeunes galèrent, les salaires et les retraites sont en berne. Les inégalités se creusent tandis que les grandes entreprises versent aux actionnaires des dividendes insolents. Partout ces politiques provoquent indignations, colères et désespoirs.                  Elles nous révoltent.
Elles s’accompagnent du recul général des droits : à l’éducation, à l’emploi, à un revenu décent, à la santé, à un logement de qualité… Les inégalités d’emploi et de rémunération attaquent plus durement les droits des femmes et des migrants. La répression s'abat sur les sans papiers, les roms, les plus précaires, et ceux qui les défendent. Alors que des choix politiques résolument à gauche devraient s’imposer face à la crise, les renoncements du gouvernement devant les exigences du Medef et de la droite en matière sociale, environnementale, familiale, et sur le droit de vote des étrangers… scandalisent.
Avec l’assentiment enthousiaste du Medef, le président de la République veut désormais faire du « pacte de responsabilité » le coeur de sa politique. Au patronat, il octroie 35 milliards d’allègement de cotisations. Qui peut croire que ce nouveau cadeau permettra de lutter contre le chômage ?
Devant un Medef qui refuse de s’engager sur des créations d’emplois, le gouvernement Ayrault s’engage, lui, à réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros. Dans la ligne de mire, la sécurité sociale et les services publics. Mais ce sont aussi les collectivités territoriales asphyxiées, les associations étouffées, la culture sacrifiée. Ce n’est décidément pas cela que nous voulions, nous qui, par millions, avons contribué à chasser Sarkozy.
Personnalités morales, acteurs du monde de la culture et des arts, du monde du sport, responsables syndicaux, associatifs, politiques, nous sommes divers par nos engagements. Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique rassembleuse pour des alternatives politiques et démocratiques, économiques , sociales et écologiques.
Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche , contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses.


Retraités mécontents, manif le 6 février

Retraités CGT : Campagne contre la politique du gouvernement (le Télégramme, 31/01/14)

Marie-Andrée Bernard et Claude Barré, debout, Michelle Jézéquel, Alain Corfmat et Hervé Steren, assis.. 

« Ce que l'on voit aujourd'hui à l'Ehpad de Plogonnec est un scandale, assène Claude Barré, retraité CGT.
C'est la conséquence de la politique gouvernementale où l'on voit se profiler le démantèlement de la
protection sociale. On peut aussi illustrer la situation avec les salariés sous-payés de l'aide à domicile.
À chaque fois, ce sont les économies qui se font sur le dos des personnes âgées ».
Très remontés les retraités de l'Union locale CGT de Quimper, ont repris leur combat,
« car la politique du gouvernement Hollande est la continuité de celle de Sarkozy ».
« Les retraités sont attaqués de toutes parts sur le pouvoir d'achat, résume Alain Corfmat.
Le report de la prochaine revalorisation des pensions au 1er octobre représente une perte de 140 €
pour une pension mensuelle de 1.200 €. Parallèlement le gouvernement donne des milliards au patronat ».
« Du coup, la consommation est tirée vers le bas et cela augmente le chômage », ajoute Marie-Andrée Bernard.
« Les retraités sont une variable d'ajustement et ce sont surtout les femmes qui en souffrent »,
ajoute Michelle Jézéquel.
Les retraités CGT vont donc diffuser une carte pétition à l'adresse du président de la République
pour dénoncer cette politique. Ils participeront aussi à
 une manifestation interprofessionnelle le jeudi 6 février,
à 11 h, devant la préfecture de Quimper.

Succès de la marche du 1er décembre 2013 à Paris

Grand succès de la marche du 1er décembre 100 000 personnes à Paris !
 Télécharger l'appel national 

Le Front de Gauche se réjouit du succès de la marche du 1er décembre. Cette marche constitue la plus importante mobilisation politique de la gauche politico-sociale depuis des mois. Dans un moment où la désorientation est grande et où les syndicats patronaux, la droite et l’extrême droite tentent de dévoyer la légitime colère populaire suscitée par la politique d’austérité du gouvernement, il s’agit d’une très bonne nouvelle. Le Front de Gauche confirme ainsi sa capacité d’initiative de masse et d’élargissement comme en témoigne la présence d’autres organisations politiques, de plusieurs structures syndicales et de nombreuses personnalités.

Le Front de Gauche entend continuer à œuvrer sur les mots d’ordre de sa marche "pour la Révolution fiscale, la taxation du capital, l’annulation de la hausse de la TVA".

Le plus urgent est de mobiliser encore plus massivement contre la hausse de la TVA prévue le 1er janvier. Il faut la mettre en échec. Cette hausse, matériellement insupportable pour un grand nombre de nos concitoyens, symbolise en outre une fiscalité injuste visant à faire payer aux ménages les cadeaux au patronat. C’est pourquoi le Front de Gauche est favorable à la tenue rapide d’une réunion unitaire de l’ensemble des organisations de gauche, des syndicats, des associations concernées par la question pour examiner le cadre et les formes de mobilisation contre cette hausse.

Dans le même temps, Jean-Marc Ayrault a annoncé une remise à plat de la fiscalité. Chiche… Nous avons déjà, dans l’Humain d’abord, des propositions qui placent la justice fiscale, la redistribution des richesses et la taxation du capital au coeur de notre projet. Mais nous voulons aller plus loin en travaillant à des Etats Généraux. Leur but sera d’élaborer et de porter de la façon la plus massive possible une réforme fiscale opposée aux canons du libéralisme, auxquels obéit le gouvernement, qui privilégient la "compétitivité et la baisse des dépenses publiques" au détriment de l’intérêt général et de l’égalité.

Communiqué du Front de Gauche