Guéret 13 juin 2015 Services Publics

A Guéret ils ont dit :

OLIVIER DARTIGOLLES, PORTE-PAROLE DU PCF

« NOUS SOMMES UNE FORCE POLITIQUE ET SOCIALE »

« Nous ne sommes pas là une force de témoignage. Nous sommes une force politique et sociale qui cherche un jour à traduire ce que nous portons dans des politiques publiques. C’est très important de le dire : “Ce pour quoi nous nous battons, nous pouvons le mettre en oeuvre.”. »

PIERRE LARROUTUROU, NOUVELLE DONNE

TRAVAILLER ENSEMBLE

« Ce rassemblement ne témoigne pas seulement d’une volonté de résister contre la casse des services publics, mais aussi de la volonté de travailler ensemble pour montrer qu’une alternative existe. »

 CHRISTIAN NGUYEN ORGANISATEUR DU RENDEZ-VOUS DE GUÉRET

L’HEURE EST À LA RECONQUÊTE

« Tout ce qu’on avait dénoncé en 2005, on le vit aujourd’hui à la puissance mille. Mais l’esprit de la manifestation n’est pas de se lamenter mais d’entamer la reconquête. Le service public est un moyen de préserver les gens de la crise, il dépasse la question locale : il peut être le socle pour une relance de la question européenne autour d’une autre gestion des ressources naturelles. »

Jean-Luc MELENCHON, PARTI DE GAUCHE

Quand on défend ces services on fait autre chose que de défendre des bureaux de poste, de l’action sociale, on défend une idée de la vie en commun.
A la question Syriza et Podemos marquent des points en Europe. Que devez-vous faire pour les imiter ?
Il faut faire la même chose, faire preuve de ténacité, être opiniâtre. Syriza n’est pas un objet de mode. C’est quinze ans de résistance absolue à toutes les coalitions gouvernementales, notamment celles menées par les socialistes. C’est aussi une rupture implacable avec l’ancien ordre politique des choses. Sans compromis et sans négociations. Il faut rompre avec le vieux système, les vieilles alliances et les histoires pourries de cette nature. Ensuite, c’est comprendre que notre époque est celle des mouvements citoyens. Ces derniers doivent avoir le dernier mot sur les programmes et les candidatures. Je suis un militant politique de longue date, je sais que cela peut choquer en matière de traditions, mais il faut le faire. La solution, c’est les masses, le grand nombre. Et pas seulement les appareils de partis.

Des dizaines de milliers de manifestants dans la rue contre l’austérité

Ça suffit ! 

Démonstration de force anti-austérité  300.000 manifestants dont 120.000 à Paris, selon la CGT, la police n’ayant recensé que 32.000 personnes dans les rues de la capitale (il faudra augmenter les effectifs de la police pour que les “compteurs” cessent d’être débordés).

Plus de 80 mobilisations, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé ce jeudi dans toute la France, à l’appel de la CGT, FO, Solidaires et de la FSU. Contre l’austérité, la loi Macron, mais aussi pour l’emploi et les services publics : de nombreux enseignants, personnels de santé ou encore grévistes de Radio France étaient présents.
«Gouvernement et patronat doivent entendre le message et les exigences sociales exprimées aujourd’hui», juge la CGT, qui estime que cette mobilisation d’un «succès retentissant» «doit désormais s’amplifier d’ici à la prochaine journée d’action du 1er mai».

Pour FO, qui avait appelé avec la CGT, la FSU et Solidaires à la mobilisation, cette journée, qui a réuni des «centaines de milliers de salariés du privé, du public et des retraités» est révélatrice d’un «réel mécontentement».

Cette mobilisation est la plus vaste depuis celle de mars 2014 contre le pacte de responsabilité.

En tête du défilé parisien, une large banderole était frappée des revendications: «Contre l’austérité, pour les salaires, les services publics, l’emploi, la protection sociale».

Il faut dire STOP à ce gouvernement !

Parmi les slogans scandés par les manifestants, on pouvait entendre «Hollande, Valls, Macron, au service des patrons, travailleurs, il faut qu’on l’ouvre» ou encore «Aucun soutien à ce gouvernement au service des patrons».

A noter : Loi Macron, lors du dernier débat au Sénat, les élus du Front de Gauche seuls opposants !

12 avril à Paris 100.000 contre la politique de Hollande

12 Avril 2014 à Paris – 100.000 personnes à la marche contre la politique d'austérité du gouvernement.

JLMélenchon le lendemain sur FR5 dans CPolitique-vidéo

Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême-droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme.
En France ,comme dans toute l'Europe, la rigueur budgétaire et l’austérité imposées par la Commission européenne, François Hollande et le gouvernement pour satisfaire les marchés financiers nourrissent ce climat malsain. Les conséquences sont là : services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal…
Le chômage monte, la précarité s’étend, les jeunes galèrent, les salaires et les retraites sont en berne. Les inégalités se creusent tandis que les grandes entreprises versent aux actionnaires des dividendes insolents. Partout ces politiques provoquent indignations, colères et désespoirs.                  Elles nous révoltent.
Elles s’accompagnent du recul général des droits : à l’éducation, à l’emploi, à un revenu décent, à la santé, à un logement de qualité… Les inégalités d’emploi et de rémunération attaquent plus durement les droits des femmes et des migrants. La répression s'abat sur les sans papiers, les roms, les plus précaires, et ceux qui les défendent. Alors que des choix politiques résolument à gauche devraient s’imposer face à la crise, les renoncements du gouvernement devant les exigences du Medef et de la droite en matière sociale, environnementale, familiale, et sur le droit de vote des étrangers… scandalisent.
Avec l’assentiment enthousiaste du Medef, le président de la République veut désormais faire du « pacte de responsabilité » le coeur de sa politique. Au patronat, il octroie 35 milliards d’allègement de cotisations. Qui peut croire que ce nouveau cadeau permettra de lutter contre le chômage ?
Devant un Medef qui refuse de s’engager sur des créations d’emplois, le gouvernement Ayrault s’engage, lui, à réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros. Dans la ligne de mire, la sécurité sociale et les services publics. Mais ce sont aussi les collectivités territoriales asphyxiées, les associations étouffées, la culture sacrifiée. Ce n’est décidément pas cela que nous voulions, nous qui, par millions, avons contribué à chasser Sarkozy.
Personnalités morales, acteurs du monde de la culture et des arts, du monde du sport, responsables syndicaux, associatifs, politiques, nous sommes divers par nos engagements. Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique rassembleuse pour des alternatives politiques et démocratiques, économiques , sociales et écologiques.
Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche , contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses.


Succès de la marche du 1er décembre 2013 à Paris

Grand succès de la marche du 1er décembre 100 000 personnes à Paris !
 Télécharger l'appel national 

Le Front de Gauche se réjouit du succès de la marche du 1er décembre. Cette marche constitue la plus importante mobilisation politique de la gauche politico-sociale depuis des mois. Dans un moment où la désorientation est grande et où les syndicats patronaux, la droite et l’extrême droite tentent de dévoyer la légitime colère populaire suscitée par la politique d’austérité du gouvernement, il s’agit d’une très bonne nouvelle. Le Front de Gauche confirme ainsi sa capacité d’initiative de masse et d’élargissement comme en témoigne la présence d’autres organisations politiques, de plusieurs structures syndicales et de nombreuses personnalités.

Le Front de Gauche entend continuer à œuvrer sur les mots d’ordre de sa marche "pour la Révolution fiscale, la taxation du capital, l’annulation de la hausse de la TVA".

Le plus urgent est de mobiliser encore plus massivement contre la hausse de la TVA prévue le 1er janvier. Il faut la mettre en échec. Cette hausse, matériellement insupportable pour un grand nombre de nos concitoyens, symbolise en outre une fiscalité injuste visant à faire payer aux ménages les cadeaux au patronat. C’est pourquoi le Front de Gauche est favorable à la tenue rapide d’une réunion unitaire de l’ensemble des organisations de gauche, des syndicats, des associations concernées par la question pour examiner le cadre et les formes de mobilisation contre cette hausse.

Dans le même temps, Jean-Marc Ayrault a annoncé une remise à plat de la fiscalité. Chiche… Nous avons déjà, dans l’Humain d’abord, des propositions qui placent la justice fiscale, la redistribution des richesses et la taxation du capital au coeur de notre projet. Mais nous voulons aller plus loin en travaillant à des Etats Généraux. Leur but sera d’élaborer et de porter de la façon la plus massive possible une réforme fiscale opposée aux canons du libéralisme, auxquels obéit le gouvernement, qui privilégient la "compétitivité et la baisse des dépenses publiques" au détriment de l’intérêt général et de l’égalité.

Communiqué du Front de Gauche


180 000 à la Bastille le 5 Mai 2013 !

5 mai 2013 à la Bastille, un succès qui aura des suites..

– Interview de Marie-George Buffet au début du rassemblement :

http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/politique/marie-george-buffet-il-faut-cesser-cette-politique-dausterite-05-05-124410/

– Le discours de Pierre Laurent : “Une année gâchée pour le changement c’est déjà trop.”…. “Céder à la finance c’était mettre le doigt dans un engrenage infernal

http://www.dailymotion.com/video/xzmv0j_discours-de-pierre-laurent-marche-citoyenne-pour-la-6e-republique_news#from=embediframe
– Le discours de Jean-Luc Mélenchon : “La période d’essai est terminée. Le compte n’y est pas. Et si vous ne savez comment faire, nous nous savons !

http://www.dailymotion.com/video/xzm6jl_discours-de-jean-luc-melenchon-marche-citoyenne-pour-la-6eme-republique_news#from=embediframe

– Jean-Luc Mélenchon sur France Info au lendemain de la marche du 5 mai

http://www.dailymotion.com/video/xzmmad_melenchon-appelle-a-manifester-de-nouveau-debut-juin_news?start=491#.UYkXH7V7K1Y

<— Bigoudens sur le départ….


Véronique Blanchet à la manif du 30 sept

Nous étions 80000 et plus à Paris……

Nous étions beaucoup de monde ce dimanche 30 septembre à manifester contre ce traité de stabilité, un temps magnifique pour accompagner le cortège des femmes, des syndicats, des PSA d''Aulnay, des Fralib, des employés de Doux, Florange, des citoyens en lutte, des citoyens en paix, derrière les 60 organisations présentes, FDG en tête. Et le peuple a encore dit : Non aux exigences anti démocratiques et injustes du traité Merkozy, non à l'austérité, non à la précarité, non à la Camisole qui s'impose au peuple. Les milliers de gens qui défilaient hier veulent une Europe solidaire, pas une Europe qui au nom d'une stabilité décidée par des techniciens de la finance, va nous conduire à une catastrophe sociale. A qui doit-on donner raison ? Au peuple ou aux banquiers ? Selon l'article 14 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, c'est au citoyen de décider et de discuter de l’impôt. Aujourd'hui c'est une instance non élue qui va adopter ce TSCG tant décrié et que François Hollande, alors candidat, nous avait promis de revoir. Pour le coup ce qui est historique, c'est que d'autres vont décider de l'avenir des français, sans qu'ils aient le droit de s'exprimer. Même le référendum sur le traité nous est refusé. Et de qui se moque t'on, quand plus de 80000 manifestants n'ont droit qu'à une minute d'antenne sur les journaux télévisés de 20h !

Ceux qui appellent à manifester  "commettent une erreur de fond", a dit, pour sa part, le ministre délégué au budget, Jérôme Cahuzac, sur Europe 1. Ratifier  le traité européen reprenant la "règle d'or" budgétaire "est nécessaire pour renforcer la parole de la France affaiblie" lors du précédent quinquennat, a-t-il estimé.

Mais quelle parole aura la France lorsque les français déjà pressurisés devront payer les milliards d'amendes de Bruxelles parce que la France n'aura pas réussi l'impossible qui est de réduire son déficit structurel à 0,5 % de son PIB ?

Hier, la France qui souffre, la France qui espère, la France qui lutte, était dans la rue. A partir du 2 octobre démarre à l'assemblée une semaine de débat sur le traité budgétaire Européen.

Il ne faut pas que le 9 octobre les députés votent le traité de stabilité financière.

Avant qu'il ne soit trop tard, il est temps que le président de la république François Hollande entende la voix de ceux qui l'ont fait élire.

 

Véronique Blanchet, maire-adjointe de Pont L'Abbé, vice présidente de la CCPBS, déléguée départementale du PCF.

 


 

Manifestation à Paris du 30 sept contre le traité d’austérité

80 000 manifestants à Paris dimanche 30 septembre contre le traité d'austérité à l'appel de 60 organisations et du Front de Gauche.

Nous avions affrété un car au départ de Pont L'Abbé et de Quimper.

Vu dans la manif

Notre députée "à nous" n'a même pas "l'excuse" d'être fille de banquier !

Lu sur l'affiche d'Attac : Avis de recherche pour rendre des comptes à la démocratie.
Motif : veut imposer le pacte budgétaire au mépris de ses engagements et sans consulter les citoyens.


 

AppelMobilisationUnitaire

Non à l’austérité permanente
Refusons le Pacte budgétaire, ouvrons le débat en Europe !
 Septembre 2012 – Appel à mobilisation unitaire contre le Pacte budgétaire


La ratification du Pacte budgétaire par la France début octobre serait un évènement grave. Elle imposerait durablement une politique d’austérité.

Nous, organisations associatives, syndicales et politiques, avons décidé de mener ensemble une vaste campagne d’éducation populaire et de mobilisation citoyenne, avec en particulier
une grande manifestation unitaire le 30 septembre à Paris.
L’intervention des citoyens dans le débat démocratique doit convaincre les parlementaires, particulièrement celles et ceux qui ont été élus sur la promesse d’une renégociation de ce Pacte budgétaire, de refuser sa ratification et de permettre ainsi la réouverture du débat en Europe.


Premiers signataires de l’appel :
Aitec-IPAM, AC !, ANECR, Attac, CADTM, Cedetim-IPAM, CDDSP, CNDF, Les Économistes Atterrés, Fondation Copernic,
  Front de Gauche (Fase, C&A, Gauche anticapitaliste, Gauche unitaire, PCF, PCOF, Parti de Gauche, République & Socialisme), Marches Européennes, NPA, Résistance Sociale, Solidaires, Sud BPCE.


Bastille Galerie photos

120 000 à la Bastille le 18 mars !

Au-delà de toutes prévisions, le Front de Gauche a réuni une foule considérable le dimanche 18 mars place de la Bastille à Paris pour une exigence de changement, pour une VIe République qui donne la parole au peuple. C’est un tournant dans la campagne, une réussite complète.

Quelques photos du voyage en bus et sur la place de la Bastille :

http://www.facebook.com/media/​set/?set=a.352211921487937.​76460.194177543958043

et aussi :

 

 

 

 

 

Impression personnelle sur la journée du 18 mars 2012,

Nous sommes partis très tôt dimanche matin, RDV avec les copains à 4h20 sur le quai de Tréboul pour rejoindre le car qui devait nous prendre à 5h à Quimper. Nous étions une soixantaine de Finistériens de Sud motivés pour « prendre la Bastille ». Yvette d’Audierne me surprend, elle a 88 ans, militante depuis ses 20 ans, elle est fière d’être là. Vers midi, nous avons rejoint au péage d’autres cars venant de tout l’ouest du territoire. C’était une image surprenante : une trentaine de cars, en convoi, encadrés par des motards en route vers Nation. En approchant la place de la Nation, la foule se densifie, couleur rouge dominante, drapeau, bonnet, affiche. La place est  noire de monde, une foule sereine, joyeuse qui cherche un copain ou l’emplacement de son groupe, la Bretagne est à l’emplacement 8 à l’entrée du faubourg Saint-Antoine. Nous sommes à peu près à la fin du premier tiers du cortège mais nous mettons plus d’une heure avant de démarrer notre marche. On entend les premiers chiffres : nous serions 60 000 ! Il est 15h, on ne voit rien qu’une foule immense, difficile de la chiffrer avec précision !

Nous mettons deux heures pour atteindre la Bastille, notre petit groupe ne se quitte pas et incroyable, j’ai  retrouvé ma sœur dans la foule qui maintenant atteint les 120 000 personnes ! Il est 17h, le discours de J.-L. Mélenchon commence, on arrive juste à la place de La Bastille, la foule se presse mais on ne peut plus avancer, la place a atteint son taux d’occupation maximum, nous sommes des milliers au centaine de mètre carré ! C’est impressionnant ! On n’entend rien, on ne voit rien ! Notre petit groupe sort de la foule pour reprendre son souffle, le discours est déjà fini. Les premiers arrivés sur la place s’en écartent, une deuxième vague arrive, le discours est rediffusé sur l’écran géant. Il en aurait fallu bien plus pour que tous puissent l’entendre. Le discours est court, une vingtaine de minutes, le ton est solennel (peut-être un peu trop à mon goût), les propos encrés dans le temps historique. Le discours est court car ce qui compte le plus c’est le rassemblement, la marche sans doute de plus de 100000 personnes venues avec une même volonté crier son désir de changement pour une VI république parlementaire, solidaire et écologique.

Il est 18h30, il nous faut retrouver le car pour rejoindre notre pointe bretonne. Retour à la maison vers 4h, et au boulot à 8h avec un peu de fatigue mais beaucoup d’enthousiasme et de satisfaction d’avoir vécu ce moment.

La campagne du Front de Gauche a pris une autre ampleur,  J.-L. Mélenchon grimpe dans les sondages, ces sondages ne font certes pas l’élection mais quelque part ils nous galvanisent.

Haut les cœurs !!!

FPK