La grande misère des hôpitaux. Ce n’était pas une fatalité. Il y a des responsables.

Manque de lits et de personnel dans les hôpitaux. Surmenage des personnels.
On les connait les coupables : ils se nomment Sarkozy, Hollande, Macron.
Pour que leurs amis de la finance se goinfrent ils ont sacrifié Santé, Éducation, et tous les  Services publics.
A quand un tribunal populaire pour les juger ?
Oui si nous sommes dans cette situation face à  cette crise, c’est parce que depuis des années les hôpitaux ne sont plus gérés comme des services publics dans l’intérêt général mais comme des entreprises qui ne doivent pas couter un sou à  la collectivité publique
Pire on laisse tomber ce qui est “rentable” sans gros investissement autrement dit rentable à  court terme.
C’est la logique libérale qui démantèle les services publics et abandonne des plans entiers de la population, là où ils s sont le plus nécessaires : les quartiers les plus pauvres et les territoires
ruraux 
Quand va-t-on être capable de faire un large rassemblement pour dénoncer tout cela afin de nous éviter de nous retrouver obliger de choisir entre la peste et le choléra.”

(Marie-Christine Vergiat, ex députée européenne du Front de Gauche,  sur Facebook à propos de l’image ci-dessus)

Et ce que Macron n’a bien sûr pas dit dans son discours du 28 octobre :

Le gouvernement continue de supprimer des lits !

Voir la carte des suppressions (article de Bastamag du 29 octobre)
 
Un exemple parmi d’autres, en Essonne :
 

Mémoires d’un directeur d’EHPAD retraité et, puisque vieux, confiné. Ce qu’il faut quand même rappeler et surtout ne pas oublier ni occulter !!!

Le témoignage d’un directeur d’Ehpad venu en retraite dans notre pays bigouden
 

          Cette épidémie mondiale est survenue en France alors que le monde hospitalier était en crise depuis des années et criait sa détresse depuis des mois à l’image notamment des services d’urgence, à bout, incapables d’assurer correctement leur travail. “L’hôpital, les Ehpad sont au bord de la rupture” prévenaient mi-janvier plus de mille deux cents chefs de service en démissionnant de leurs fonctions administratives !

Lire la suite…

Hôpital : de la casse à la crise..

Les saignées budgétaires des dernières années mettent à mal la capacité des établissements publics à faire face à l’épidémie de coronavirus.

Lien vers un article à ce sujet sur le blog de Gaston B


Et 2 parutions dans l’Humanité du 23 mars

Nous avons plein de grenades lacrymogènes, de LBD, mais pas de masques, c’est leur choix…. (Macron, Le Drian et Cie..)

nous vendons plein d’armes, mais nous ne produisons plus d’oxygène, c’est un choix…

 

Santé. Le CHU de Guadeloupe craque de toutes parts ! Où sont passés les généreux donateurs milliardaires de Notre Dame ?

En Novembre 2017 un grave incendie a partiellement détruit l’hôpital de Pointe-à-Pitre.
Les médias ont-ils fait une campagne pour financer sa reconstruction ? Que choisir dans l’urgence : un hôpital ou une cathédrale ?

2 ans plus  tard la situation est catastrophique. Que fait le pouvoir ?
Il arrose les multinationales. La santé n’est absolument pas sa préoccupation.

Lire la suite…

La grippe n’est qu’un révélateur d’une situation grave

Voici en pièce jointe le communiqué de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, à la suite des déclarations de Madame Marisol Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires sociales au sujet de l’épidémie de grippe qui touche gravement de nombreuses région de notre pays et qui amène à hospitaliser de nombreux patients.

La Sociale, le film complétement d’actualité. Indispensable.

Jeudi 26 janvier à 20h30 au ciné Eckmühl de Kerity-Penmarc’h, suivi d’un débat, à l’initiative de L.S.R.
Et pour ceux qui ne peuvent venir le 26 une séance supplémentaire est prévue samedi 28 janvier à 18h.

A voir absolument à l’heure où un certain Fillon, associé à De Castries, ex pdg des assurances privées AXA, veut livrer notre Secu aux actionnaires. 

kenloach_lasociale

  • Gilles Perret a réalisé 12 documentaires. Ses films ont pour lien ce pays qui est le sien, les Alpes. A s’attarder chez ses voisins de vallée, il aborde la réalité du monde politique, économique et social. Partir du local pour raconter le global. C’est ce regard singulier qui a fait le succès de ses derniers films sortis en salle comme « Ma Mondialisation », « Walter, retour en résistance », « De mémoires d’ouvriers » ou dernièrement en 2014, « Les jours Heureux ». Aujourd’hui, il nous raconte l’histoire de la Sécurité Sociale, d’où elle vient, ce qu’elle est devenue et ce qu’elle pourrait devenir. Une Histoire peu ou pas racontée jusqu’à ce jour même si elle nous concerne tous.  L’histoire d’une lutte qui n’est jamais finie.

Le site Internet :     http://www.lasociale.fr/

Pétition pour la Sécurité Sociale

Les signataires (voir la liste des premiers sur le site de la pétition) tiennent à manifester leur attachement à la Sécurité sociale, moyen le plus juste et le plus efficient pour un système de santé solidaire, seul à même de garantir l’égalité de toutes et de tous face à la maladie.

Soutien aux personnels des hôpitaux en grève le 25 juin

POUR LA SANTE ET CONTRE L’AUSTÉRITÉ, CONSTRUIRE UNE LARGE MOBILISATION

Le Front de Gauche du Finistère apporte son soutien total aux personnels des hôpitaux en grève le 25 juin à l’appel des syndicats CGT , SUD , FO et FSU contre la politique d’austérité menée dans leur secteur et appelle à participer à la manifestation que ceux ci organisent à Morlaix ce jeudi à 10 h 30.

Lire la suite…

La santé en danger

Sur l’ensemble du territoire de notre pays le personnel de santé est un peu partout en effervescence et la Cornouaille n’échappe pas au mouvement. Le Centre Hospitalier de Quimper sur lequel ont été regroupés toutes les activités de chirurgie de Pont-l’Abbé et de Douarnenez (qui n’a plus d’anesthésiste) et qui reçoit une grande partie des urgences est au bord de l’explosion. Il faut parfois attendre jusqu’à 7 ou 8 heures une prise en charge aux urgences du CHIC ! Les équipes sont épuisées et le font savoir. Une infirmière d’un de ces établissements a écrit une lettre (anonyme car elle a peur de perdre son emploi) au comité de défense de son hôpital pour signaler sa détresse. Elle n’arrive plus à faire son travail correctement et craint que les patients n’en subissent les conséquences.

Lire la suite…

Pétition des professionnels du secteur social, medico-social et sanitaire

Les salaries spoliés, les centres de formation menacés de fermeture

https://secure.avaaz.org/fr/petition/M_Rebsamen_FORMATION_CONTINUE_EN_TRAVAIL_SOCIAL_ALERTE_ROUGE/

Nous, professionnels du secteur social, médico-social et sanitaire, sommes en total désaccord avec la loi sur la formation continue qui vient de sortir. Il est clair qu’il s’agit d’une véritable amputation de nos droits à nous former tout au long de la vie. (lire le texte complet en cliquant sur le lien ci-dessus)

La marchandisation du sang en ordre de marche

“PAS DE PROFITS RÉALISÉS SUR LE SANG” : LE PRINCIPE FONDATEUR INSTAURÉ APRÈS LA LIBÉRATION.

Le 31 janvier, l’Établissement français du sang devra arrêter la production et la délivrance aux patients d’un certain type de plasma thérapeutique au profit du produit vendu par la firme suisse Octapharma. C’est la première étape visant à la privatisation du corps humain.

La privatisation des produits issus du corps humain serait-elle pour demain en France, pays attaché à son système public de transfusion depuis le scandale du sang contaminé ?

Lire la suite…

Secours Populaire Pt L’Abbé : les demandes ont doublé !

Dans Ouest France du 11 décembre 2014 nous lisons que les demandes d’aide ont doublé cette année au Secours populaire de Pont L’Abbé. (dans les communes voisines le phénomène est semblable). On y lit : “De plus en plus de familles sont en grande difficulté. La plupart des personnes qui viennent à nous ont un quotient familial de 300€ par mois”…..”Nous avons beaucoup de retraités aussi… qui ne sont pas en bonne santé. Les soins dentaires font défaut, ils n’ont pas de lunettes adaptées et nombre d’entre eux ont des soucis pulmonaires parce qu’ils vivent dans des habitats non chauffés….

Triste constat au 21e siècle dans une France riche. Pour le Front de Gauche le social doit être une priorité, toute personne a le droit de vivre dans des conditions décentes et dignes. Un changement d’orientation est absolument nécessaire. La priorité c’est le social et non la finance !

Ce que disait Ambroise Croizat en 1946

Ce que disait Ambroise Croizat en 1946 :

"La sécurité sociale est la seule création de richesse sans capital. La seule qui ne va pas dans la poche des actionnaires mais est directement investie pour le bien-être de nos citoyens. Faire appel au budget des contribuables pour la financer serait subordonner l'efficacité de la politique sociale à des considérations purement financières. Ce que nous refusons."


Histoire vécue – Urgences Hôpital Pt L’Abbé

Voici l'histoire vécue de Monsieur « X »…
C'est un vendredi soir de juillet 2013, cet homme de prés de 75 ans, qui a fait une chute, quelques jours auparavant, voit sa jambe sérieusement enflée et douloureuse, il est 20 heures, il compose donc le «15» pour obtenir la visite d'un médecin à domicile, le régulateur qui lui répond s'enquière des symptômes et des antécédents de son correspondant, qui est suivi pour des problèmes cardiaques et d'hypertension artérielle…Le « régulateur » décide d'envoyer une ambulance chez ce patient aux fins de confirmation des symptômes, l'ambulance « privée » se présente chez monsieur « X » confirme les symptômes décrits et le verdict du régulateur tombe…Transfert aux urgences …de QUIMPER ! Oui mais monsieur « X » habite à Pont L'Abbé et à sa question pourquoi pas Pont L'Abbé ? La réponse laconique tombe « nous sommes vendredi soir et les équipements n'auront pas de personnel sur place »

Alors : Question : A quoi servent encore les Urgences de Pont L'Abbé ? Les dix mille signataires exigeant le maintien du bloc opératoire de l'Hôtel Dieu n'ont-ils pas raison lors qu'ils disent que le maintien des services afférents aux Urgences est indispensable au maintien de celles-ci ?

Pour terminer cette petite histoire vraie, sachez que monsieur « X » après examen aux Urgences de Quimper et ce après plusieurs heures d'attente…fut renvoyé chez lui vers deux heures du matin, il dut pour cela appeler un taxi de nuit et s'acquitter d'une cinquantaine d'€ pour pouvoir enfin se coucher dans son lit.. C'est ce qui s’appelle la « permanence des soins » où le médecin de garde semble avoir disparu…

R.D.  "Inutile d'épiloguer quand à la nécessaire vigilance de l'opinion sur le maintien des Urgences que l'on nous garantissait « pur beurre » de la part d'édiles de Pont l'Abbé et de communes environnantes …. il est roussi le beurre".


Hôpital Pont L’Abbé certains élus “circulez, rien à voir”

Les journaux locaux ont rendu compte des propos de certains élus concernant l'Hopital de Pont L'Abbé à la suite de leur rencontre du 29 mars 2013 avec les responsables de l'Hotel-Dieu.

A ceux qui protestent contre la fermeture de la chirurgie fin 2013 la députée Annick Le Loch, le maire Daniel Couic, le président de la communauté de communes Jean-Paul Stanzel, et quelques autres répondent  "tout va très bien Mme la marquise, circulez.."

Lire un bon article à ce sujet sur le blog du PC bigouden : http://pcbigouden.over-blog.com/article-hopital-de-pont-l-abbe-des-prises-de-positions-pour-le-moins-en-decalage-avec-la-population-116681612.html


Hôpital Pont L’Abbé tout va bien, cassons le

Dans Ouest France du 18/01/13 on lit dans une interview du directeur de l’hôpital de Pont L’Abbé

–         Des entrées en hausse :

–         En moyenne, l’Hôtel Dieu de Pont L’Abbé enregistre une hausse de 6% des entrées dans tous les secteurs. Ces chiffres grimpent à 25% pour la médecine et à 12% pour les consultations externes.

–         Vers l’équilibre financier

–         L’établissement continue « son redressement économique et financier ».       

Tout va bien, et l’établissement rend de grands services ….. alors … CASSONS LE !

Quel gâchis. Où est la logique ?

L’avis de la population, cela ne compte pas.

L’intérêt de la population, cela ne compte pas.

Il y a des services qui tournent bien, du personnel compétent, du matériel performant. Il faut donc garder la chirurgie et tous les services actuels.

Quel gâchis !

Et qui décide ? Au nom de qui ?

Les bigoudens protestent et signent la pétition du Comité de défense.

Et les élus du pays bigouden ? Pourquoi ne prennent-ils pas ce combat à bras le corps ? Attendent-ils tranquillement que tout soit terminé ?

Gaston Balliot, à titre personnel.


Un point de vue sur l’HD de Pont L’Abbé

Pont L'Abbé, Hopital, scanner … Point de vue

Janvier 2013. Comme de nombreux citoyens, j'ai signé la pétition contre la fermeture annoncée de l'HD…même si je crois savoir que c'est un combat perdu d'avance.  La décision de fermeture "couve" depuis de nombreux mois, voire de nombreuses années; les élus locaux le savent; sainte ARS a dit la messe et sonné le glas depuis longtemps, déjà au "temps" du scanner.

Mais au fait, le scanner..

Souvenez vous de l'appel à souscription et de la générosité de notre mécène local, Mr Bellec.

Le scanner a été accordé à l'HD, au détriment d'autres structures (privées), alors même que le personnel est insuffisant pour l'utiliser.

Je ne suis pas une défenderesse ardente du privé et de la médecine à deux vitesses, au contraire, mais il se fait que l'HD s'est vue dotée d'une structure coûteuse, sans les moyens humains de l'utiliser.

Depuis sa mise en place, les différents directeurs n'ont eu de cesse de "faire du plat" aux radiologues privés pour faire tourner la machine; sans succès.

Conclusion : un scanner, cher, sous-utilisé, et des délais d'attente anormalement élevés : les patients vont sur Quimper, le plus souvent dans le privé.

Autre aspect: le scanner n'est plus l'examen de référence, il a été supplanté par l'IRM depuis longtemps; l'ARS le sait.

Alors soyons vigilants quant à l'utilisation de notre argent : au moment de la souscription, je me souviens des messages extrêmement culpabilisants de certains pour avoir coûte que coûte un scanner.

Aujourd’hui, l'hôpital va fermer, que va devenir cet outil que certains citoyens ont payé?

Je ne suis pas inquiète pour Mr Bellec qui a sûrement pu déduire son don de ses impôts, mais pour les autres?

Interpellons nos élus sur leurs responsabilités: qu'ils arrêtent de nous faire avaler des couleuvres…à moins qu'eux mêmes en fassent leur menu préféré.