Une France éclatée, c’est non ! Non à la réforme territoriale. Vite la 6ème République.

La Réforme territoriale de François Hollande poursuit son parcours implacable au Parlement, après la loi créant les métropoles au 1er janvier 2015. Elles seront 13 (dont Paris, Marseille, Brest). Ces métropoles sont conçues comme des pôles de compétitivité, pour s’insérer dans la compétition économique européenne et mondiale.

Ces super intercommunalités prennent aussi les compétences des communes pour :

  • l’eau
  • l’assainissement
  • les routes

et pourront intégrer des missions des départements (l’action sociale notamment).

Les collectivités d’une même région détermineront comment elles se répartissent les politiques publiques entre elles.

Le peuple, lui, est dessaisi de la question. Aux décisions inutiles et coûteuses, nous voulons développer une démocratie de proximité, par des assemblées cantonales régulières, qui rapprochent les usagers des décideurs.

Que disent les électeurs aujourd’hui :

  • on nous a oublié
  • on nous abandonne
  • on ne nous écoute pas
  • la gauche a renoncé

Le monde rural connaît aujourd’hui les mêmes problèmes que les banlieues.

Elus, nous donnerons de la proximité à nos actions et aux décisions que nous prendrons. Ce ne sera plus « ceux qui savent… à la place des autres… »

Nous impliquerons la population sans que cela prenne des décennies.

Nous arbitrerons entre :

  • la confrontation des experts
  • le coût immédiat et à long terme
  • l’intérêt particulier, l’intérêt général

Après le projet de loi sur les métropoles, la MAPTAM (modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles), deux projets de lois assurent la redistribution des cartes :

  • le projet de loi relatif à la délimitation des régions (13 à 22)
  • le projet de loi portant nouvelle organisation de la République (NOTRE)

règlent les transferts de compétences et regroupent les pouvoirs au sein des régions qui seront les seules collectivités à pouvoir intervenir sur l’emploi et la formation. Départements et communes seront dévitalisés au profit d’intercommunalités technocratiques qui passeront à un seuil minimal de 20 000 habitants.

Le dernier étage de la fusée sera celui de la réduction des services de l’Etat sur le territoire. L’affaiblissement de l’Etat sur le territoire, pourtant seul garant de l’égalité de traitement des citoyens, est bel et bien programmé.

François Hollande redessine la carte de France et éparpille le peuple. Valls a prévu que la loi NOTRE (nouvelle organisation de la République) soit adoptée à quelques jours seulement des élections pour les départements dont elles scellent le sort. En catimini, sans consultation du peuple.

Cette complexité de la réforme peut détourner les électeurs du scrutin.

C’est un projet libéral. La réforme territoriale n’est pas faite pour le peuple, elle ne parle que

  • d’attractivité du territoire
  • de compétitivité

C’est à qui gagnera la compétition au milieu de la concurrence des autres villes européennes, des autres régions.

C’est la souveraineté populaire détruite. Métropoles et régions remplacent communes et départements.

Cette réforme éloigne les lieux de décisions des lieux de vie des Français

  • les loisirs
  • le travail
  • les transports
  • l’habitat

seront gérés et réglementés depuis Rennes, ainsi que :

  • les transports scolaires
  • les transports inter-urbains Quimper-Brest
  • la gestion des déchetsUne logique technocratique, déconnectée des réalités du terrain va s’imposer, au mépris de la souveraineté populaire.En affaiblissant la souveraineté populaire, la réforme territoriale est un jalon supplémentaire pour l’Europe austéritaire qu’impose le pouvoir de la finance.

L’égalité brisée

Un grand nombre de familles ont des membres aux quatre coins de France et du monde.

Quelle vision rabougrie des territoires nous donne la réforme territoriale, avec la liberté à chaque région de décider comment elles s’organisent.

C’est la fin de l’égalité des citoyens sur le territoire.

Les départements pulvérisés

L’aide aux personnes âgées, l’action sociale, le RSA, seront assurés par la métropole sur le territoire.

Qui prendra en charge la solidarité sur les territoires ruraux, sur le reste du département ? La fiscalité étant liée à l’habitat et à l’activité économique, la métropole de Brest aura davantage de moyens que le reste du département qui l’entoure. Il ne restera que des miettes pour les territoires ruraux.

Cette réforme dessine une séparation entre urbanisation intensive et territoires ruraux relégués.

Pas d’égalité sur le territoire. Des services publics à plusieurs vitesses.

C’est la réforme territoriale de Hollande  sans consultation avec désinvolture – sur un coin de table-

La réforme aggrave les fermetures de bureau de poste, de pôles emplois, d’agences EDF, des hôpitaux.

Les métropoles et les régions décideront, au regard de leur budget, la forme que prendront les services publics sur leur territoire.

Le peuple divisé

La loi sera différenciée, en fonction de là où on habite.

Aujourd’hui, seuls les parlementaires et le gouvernement peuvent proposer des lois.

Dès demain, la région sera en capacité de le faire. C’est valider la possibilité d’une loi pour les intérêts particuliers de la Bretagne, de l’Auvergne, de l’Ile de France.

Hollande a en tête le modèle allemand.

Une France fédérale, organisée autour de métropoles (Brest) (Nantes Rennes), vampirisant l’ensemble des richesses du pays et des régions surpuissantes autour de lois votées pour répondre aux demandes spécifiques de l’une d’elles.

C’est une réforme qui obéit aux ordres des libéraux et de Bruxelles.

C’est une réforme qui déconstruit la République

Et pour nous, c’est NON

Rejetés par l’opinion publique pour leur politique ultra libérale et les mensonges :

François Hollande et Manuel Valls ont décidé d’éclater la France et, en premier, les départements.

  • magouille et tripatouillage pour détourner les électeurs du scrutin
  • ils ne savent à quel canton ils appartiennent ( Plonéour-Lanvern, 16 communes, Pont l’Abbé, 6 communes)
  • deux élus pour un territoire
  • deux candidates à la présidence du département, élues de la métropole brestoise.

Le PS et l’UMP font tout pour dégoûter le peuple.

Le FN est à l’affût et compte utiliser la 5° république

Le gouvernement voudrait une abstention record qu’il ne s’y prendrait pas autrement

  • évolution des compétences : aujourd’hui nous sommes candidats et nous serons peut-être élus sans connaître les compétences exactes des département (le texte venant en 2° lecture à l’Assemblée Nationale le 30 mars)
  • binôme
  • semi proportionnelle
  • nouveau découpage

Ce que nous devons faire dans les semaines qui viennent c’est de politiser ces élections,

  • renouvellement total du CG
  • urgence sociale avec la crise : nous avons les réponses

Sous prétexte d’économies François Hollande supprime communes et départements, structures bicentenaires et d’égalité de la France, au profit d’entités lointaines et opaques,  à nous de lutter contre cela.

Roland Jaouen, le 8 mars 2015

image_pdfimage_print