Unité et diversité du Front de gauche

Unité et diversité du Front de Gauche. par JP Demaimay (Douarnenez)

Jean-Luc Mélenchon aime utiliser une image : divers nous le sommes comme sont différents les cinq doigts de la main. Rassemblés nous le sommes comme ces même doigts fermés dans le poing levé symbole de la lutte et de l'unité.

Nous avons des parcours différents, des histoires et des cultures politiques , philosophiques, syndicales variées. Nous nous sommes parfois opposés, affrontés. Encore aujourd'hui, nous n'avons pas sur toutes choses les mêmes visions. Nos intérêts immédiats, nos préoccupations de l'instant si pesant pour beaucoup ne sont pas toujours les mêmes, nos aspirations , nos priorités peuvent différer et pourtant n'avons nous pas tous à chercher ensemble les voies et moyens de nous débarrasser du pouvoir sur nos vies de la mince oligarchie qui nous opprime ?

Nous nous sommes retrouvés pourtant et c'est cela qui nous importe maintenant. Les premiers pas faits sont encore insuffisants : c'est toute la gauche, tout le peuple qui est interpellé par l'urgence de l'époque. Et pas sur de petites ambitions mais pour une prise en main de notre destin, une « révolution citoyenne ». Citoyenne parce que fondée sur le débat démocratique, la confrontation des points de vue loyale et franche: on ne se masque pas les différences mais on ne fait pas dire à l'autre ce qu'il ne dit pas , on ne lui reproche pas ce qu'il n'a pas fait . Pas de faux semblants ni de caricatures. Révolution parce que l'on ne peut continuer de cheminer paisiblement vers l'impasse où nous mène la recherche effrénée du profit immédiat, vers les effroyables dégâts sociaux, humains, environnementaux qu'il génère.

Dans nos assemblées citoyennes, sur ce site, dans les rencontres que nous avons entre nous, avec nos entourages, dans nos diversités nous pouvons renforcer notre unité, notre force commune seule capable de renverser le désordre établi.

Les dominants sont forts de nos renoncements et de nos divisions. Eux savent aller à l'essentiel de ce qui les unit, eux savent défendre leurs intérêts communs: comme nous y invitaient nos amis Pinçon-Charlot , imitons-les !

 

Trois remarques pour illustrer mon propos en se posant la question : « Que faire ? »

1/ Aller à l'urgent ici et maintenant, résister et proposer des solutions pour l'emploi chez Lagassé à Douarnenez et ailleurs… Nous avons là de quoi faire ensemble, un exemple pratique de ce que nous refusons et en même temps la vérification pratique que nous pouvons faire autrement avec des droits nouveaux pour les salariés .

2/ Sur les points qui font débat comme le nucléaire , refuser de s'enfermer dans des postures binaires et simplificatrices. Dégager ce qui nous réunit (sortie des énergies carbonées, développement des énergies renouvelables, service public de l'énergie, indispensable débat national…) Là-dessus les électeurs écologistes ne pourraient-ils pas être interpellés sur la méthode que nous avons inscrite dans le programme du Front de Gauche ? Leurs avis sur la question ne sont-ils pas mieux portés au final par le Front de Gauche que par un accord politicien abandonnant ce à quoi ils disaient tenir ?

3/Autre point parfois soulevé de façon polémique : les langues et cultures régionales (ou de France si l'on veut y inclure les apports de l'immigration..). Faire la part de ce qui a été vraiment dit, des positions des uns et des autres. Jean-Luc Mélenchon peut avoir des positions personnelles, son parti les siennes qui n'engagent pas tout le Front de Gauche. Il faudrait toutefois cesser de les caricaturer : il n'a jamais condamné l'enseignement des langues régionales et n'est pas un ennemi de la Bretagne, de sa culture… Des points de vue différents existent sur les méthodes pédagogiques, la Charte européenne des langues minoritaires, Diwan… Cela mérite mieux que des jugements à l'emporte-pièce et l'exploitation politicienne de certains. Là encore, pourquoi ne pas partir du socle commun : développement de l'offre bilingue à l'école publique et pour le reste continuer à débattre avec les acteurs intéressés : parents d'élèves, personnalités du monde culturel ? Nos amis de Montpellier ont commencé depuis longtemps ce travail. Un atelier législatif est en préparation.

 

En conclusion, vouloir l'unité, le rassemblement ne peut se concevoir en demandant à ceux et celles que l'on veut rassembler de renoncer à leurs aspirations, leurs idées, leur identité au point de se fondre dans une unanimité simplificatrice et uniformisante. Tout au contraire de la confrontation des points de vue, du débat, de l'action ensemble l'unité ne fera que se renforcer.

Chacun apprenant des autres, se transformant et faisant ainsi progresser l'ensemble permettant à d'autres encore de rejoindre l'indispensable front populaire du 21ème siècle.


 

Share Button

Laisser un commentaire